En pleine course à l'espace avec d'autres entreprises, Blue Origin a encore plusieurs tests à réaliser avant de procéder à un vol habité. Celui-ci ne surviendra vraisemblablement pas avant 2020.

Comme SpaceX ou Virgin Galactic, Blue Origin caresse le doux rêve du tourisme spatial. Mais l’accès à l’espace n’étant pas une mince affaire, aucune de ces trois entreprises n’a pour l’instant opéré le moindre vol commercial — cela, malgré des tests réalisés depuis plusieurs années maintenant. Dès lors, les calendriers de mise en service suggérés par tel ou tel finissent pas devenir dépassés.

C’est typiquement le cas de Blue Origin, cette entreprise américaine fondée par Jeff Bezos, le multimilliardaire à qui l’on doit la plateforme Amazon. Alors qu’il était question d’un vol habité en 2018, puis en 2019, il est maintenant question de repousser cette échéance à 2020. C’est ce qu’a suggéré l’entreprise lors d’un point presse, dont CNBC se fait l’écho.

Un test de fusée organisé dans le désert américain. // Source : Blue Origin

Pas de vol habité avant 2020

Blue Origin se trouve face à un problème de dates : septembre s’achève et la société a l’intention de procéder à au moins deux autres tests de fusée avant d’envoyer qui que ce soit dans l’espace. Or, les fenêtres de tir ne s’ouvrent pas n’importe quand : la prochaine surviendra au mois de novembre 2019. Du moins, ce n’est qu’à ce moment-là qu’un feu vert des autorités surviendra — le vol lui-même pourrait même arriver plus tardivement.

Un voyage de l’espace est considéré comme valide lorsque la navette qui transporte le ou les passagers dépasse l’altitude des 100 kilomètres par rapport à la terre ferme. Il s’agit d’une délimitation fixée par convention. Si Blue Origin réussit son pari, il fera partie des rares entreprises à pouvoir proposer un accès à l’espace — mais pour quelques minutes seulement — à des touristes fortunés.

Partager sur les réseaux sociaux