Une personne décédée en juillet ferait partie des 200 cas qui inquiètent les agences de santé américaines concernant les dangers potentiels du vapotage.

Les autorités américaines ont appris qu’une deuxième personne était décédée, en juillet dernier, à la suite d’une « grave maladie des poumons », mystérieuse et potentiellement liée au vapotage, a rapporté le New York Times le 4 septembre 2019.

Ce n’est que plusieurs semaines après ce décès que le docteur qui l’a soignée, en Oregon (côte ouest) s’est rendu compte que ces symptômes étaient concordants avec 200 cas de « maladies pulmonaires graves parmi des personnes qui utilisent des cigarettes électroniques » repérées sur des adultes et adolescents, et sur lesquels les autorités sanitaires américaines ont récemment mis un coup de projecteur.

Un homme fume une cigarette électronique // Source : Flickr/CC/E-cig Twigg

Il faut plus d’études sur la question des e-cigarettes

Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC en anglais) a publié plusieurs communiqués de presse en août 2019 pour prévenir qu’il enquêtait sur ces 200 cas, à travers les États-Unis, et qu’ils seraient tous liés au vapotage, bien que n’ayant pas tous eu les mêmes comportements, ni consommé les mêmes produits.

« Bien que certains cas, dans des États différents, soient similaires, et semblent reliés à l’utilisation de produits de cigarettes électroniques, il faudra plus d’informations pour déterminer ce qui est la cause de ces maladies », a écrit l’agence de santé publique américaine sur son site officiel. Aucun rapport de causalité ne peut être établi fermement, notamment à cause du manques d’études sur le sujet de la cigarette électronique, dont le marché est composé de nombreux appareils, marques, et types de produits différents.

L’OMS avait insisté fin juillet 2019 sur la nécessité de se pencher de toute urgence sur ces appareils et pratiques, classant les e-cigarettes comme « incontestablement nocives », mais ne pouvant en apporter aucune preuve concluante.

Il semblerait que la personne décédée en juillet avait ingéré du THC (le cannabinoïde qui vient du cannabis) sous forme liquide à l’aide d’une e-cigarette. Plusieurs cas parmi les 200 analysés par le CDC américain auraient également consommé du THC de cette manière, ce qui constitue une piste d’investigation. L’organisme a vivement conseillé aux vapoteurs ne pas acheter des produits non-certifiés, ou de modifier leurs appareils et produits.

L’agence de santé publique américaine avait annoncé la mort d’une première personne, le 23 août 2019, dans l’Illinois, soit à des milliers de kilomètres de l’Oregon.

Vous avez des informations à nous communiquer sur ce sujet, et vous souhaitez entrer en contact ? Vous pouvez nous écrire : marie.turcan@humanoid.fr ou par DM Twitter.

Partager sur les réseaux sociaux