La sonde israélienne Beresheet ne pourra pas poursuivre sa mission : elle s'est écrasée sur la Lune. Un incident, survenu lors de l'atterrissage, a entraîné une perte de contact avec l'appareil développé par une société privée.

Beresheet s’est éteint avant d’atteindre sa cible : le 11 avril 2019, l’atterrisseur développé par la société israélienne SpaceIL s’est écrasé sur la Lune. La société a annoncé que l’atterrissage à la surface de notre satellite s’est mal passé pour la sonde, qui aurait pu être le premier atterrisseur privé à fouler le sol lunaire.

Peu avant, SpaceIL avait fièrement tweeté que son appareil ne se trouvait plus qu’à 22 kilomètres de la Lune. Des défaillances techniques ont finalement eu raison de Beresheet (« genèse », en hébreu) au cours de sa descente vers l’astre.

Beresheet approchant de la Lune. // Source : Israel to the moon via Twitter

Que s’est-il passé ?

L’incident est survenu pendant la séquence d’alunissage, d’une durée de 21 minutes, rapporte Reuters. L’atterrisseur a eu des problèmes au niveau de son moteur. La communication entre Beresheet et la Terre a été coupée à plusieurs reprises lors de cette étape de la mission.

Jusqu’à présent, tout semblait bien se passer pour l’appareil. Au début du mois de mars, SpaceIL a publié une photo de sa sonde en route vers la Lune. Elle se trouvait à 37 600 kilomètres de la Terre et effectuait une rotation. L’entreprise israélienne avait saisi l’opportunité pour communiquer sur le bon déroulé de la mission.

Une vue d’artiste de Beresheet sur la Lune. // Source : Wikimedia/CC/Oshratsl (photo recadrée)

Beresheet a été envoyé dans l’espace à la fin du mois de février, à bord d’une fusée SpaceX. Pour Israël, l’atterrisseur était prometteur : l’État serait devenu le quatrième à poser un vaisseau sur la Lune, après l’ex-URSS, les États-Unis et la Chine. Sur place, la sonde devait étudier le champ magnétique de la Lune (qui provoque d’étonnants « coups de soleil » à sa surface).

Le plus petit engin à avoir atteint la Lune

« Nous n’avons pas réussi, mais nous avons définitivement essayé. Et je pense que ce que nous avons accompli est vraiment extraordinaire. Nous pouvons être fiers », a constaté Morris Kahn, le président de SpaceIL. Le coût de la mission est estimé à 100 millions de dollars (environ 88 millions d’euros).

Les atterrissages sont des étapes particulièrement délicates lors des missions spatiales. Celui de Beresheet lui a été fatal. Malgré cet échec, la sonde de 1,5 mètre de hauteur détient un record : elle est « l’engin spatial le plus petit et le moins cher à avoir jamais atteint la Lune », a rappelé Opher Doron, le directeur général de la division spatiale d’Israel Aerospace Industries.

Partager sur les réseaux sociaux