Pour éradiquer les nombreux débris spatiaux qui polluent l'orbite terrestre, des chercheurs chinois estiment qu'il serait possible d'envoyer un laser dans l'espace pour qu'il y fasse le ménage.

« En près de 60 ans d’activités spatiales, plus de 5 250 lancements ont permis de mettre en orbite 42 000 objets, dont 23 000 environ sont toujours dans l’espace et suivis par le réseau de surveillance de l’espace des États-Unis », relève l’Agence spatiale européenne. Parmi ces objets, seuls 1 200 sont des satellites intacts et encore opérationnels. Le reste, ce sont des débris spatiaux.

Le problème, c’est que ces objets — qui vont de quelques centimètres à plusieurs mètres — sont prisonniers de l’orbite terrestre. Ils constituent dès lors une gêne, voire un risque pour les missions spatiales actuelles et futures. Pour éliminer ce qui s’apparente à une véritable pollution spatiale, des chercheurs chinois proposent une solution radicale : envoyer un laser en orbite autour de la Terre afin qu’il éradique tous les débris de moins de 10 centimètres.

Un laser en orbite autour de la Terre

D’après leur étude, un tel système serait en mesure de supprimer les débris en émettant des faisceaux lumineux (au nombre de 20 par seconde) dans leur direction pendant deux minutes. Le laser pourrait également détourner la trajectoire des débris et les envoyer en direction de la Terre pour les vaporiser au moment de la rentrée atmosphérique.

ESA

Une nécessaire coopération internationale

Un scénario de science-fiction ? Pas à leurs yeux : les chercheurs estiment que de telles stations équipées d’un laser peuvent tout à fait être mises en orbite autour de la Terre. Néanmoins, au-delà de la question de la faisabilité d’un tel projet et de l’éventuelle nécessité de mettre en place une coopération internationale, un tel projet outre une autre question, plus sensible :

Comment en effet s’assurer que lesdits lasers ne serviront qu’à détruire les débris spatiaux et ne seront pas utilisés (par exemple) comme des armes, pour aveugler un satellite ou carrément le détruire ?

Si de tels lasers doivent un jour investir l’espace pour faire le ménage autour de la Terre, les grandes puissances spatiales devront certainement mettre en place un cadre ad hoc — même s’il existe déjà des bases juridiques sur la militarisation extra-atmosphérique, à l’image du traité de l’espace. Car la tendance actuelle n’appelle pas à un enthousiasme débordant au regard de la lutte de puissance qui se joue entre les États.

Néanmoins, au-delà de ces problématiques géopolitiques, les débris spatiaux sont de fait un problème de tout premier ordre. Et de plus en plus critique. La situation inquiète notamment les spationautes en mission sur la station spatiale internationale, à l’instar de Thomas Pesquet qui avait déjà évoqué cette problématique peu avant son séjour dans l’espace.

Partager sur les réseaux sociaux