Un Japonais a été condamné à deux ans de prison pour avoir imprimé et détenu chez lui des armes à feu réalisées à partir de son imprimante 3D. Il avait été arrêté ce printemps.

Au Japon, un homme de 28 ans a été condamné à deux ans de prison par le tribunal de Yokohama pour avoir conçu des armes à feu avec une imprimante 3D. Selon l'agence de presse nipponne Jiji, l'accusé a usiné suffisamment de pièces pour obtenir deux pistolets. D'autres ont été produits, mais seuls ces deux-là sont capables de faire feu, d'après la chaîne de télévision publique japonaise NHK.

Le Japonais avait été arrêté en mai dernier dans la banlieue de Tokyo. Manifestement, il a été retrouvé par les forces de l'ordre suite à la mise en ligne d'une vidéo dans laquelle il présentait ses pistolets. Selon Jiji, le ministère public réclamait une peine d'emprisonnement de 42 mois (3 ans et demi). Une demande lourde, certainement en vue d'envoyer un signal à tous les propriétaires d'imprimantes 3D.

Le Japon a une législation stricte sur les armes à feu. Elle est classée comme restrictive. Le droit d'en posséder n'est pas garanti par la loi et les civils n'ont pas le droit d'en posséder (sauf autorisation spécifique dans le cas des armes de chasse ou pour du tir sportif). Cela inclut aussi les imitations d'armes à feu. La peine maximale pour possession illégale est de 15 ans de prison.

La possibilité de créer chez soi des armes à feu avec une imprimante 3D et des plans librement accessibles sur Internet est une source d'inquiétude pour les autorités à travers le monde. L'an dernier, la police australienne a voulu montrer la dangerosité de ces armes, tandis que la ville Philadelphie a demandé l'interdiction des armes imprimées en 3D.

La perspective pour les autorités de ne plus être en mesure de contrôler la circulation des armes à feu (mais le peuvent-elles déjà, au regard du trafic actuel ?) pourrait aboutir à réguler les imprimantes tridimensionnelles pour en brider les capacités et imposer que les logiciels qui gèrent l'impression bloquent la production d'éléments nécessaires à la construction d'une arme à feu. En fait, c'est déjà le cas.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.