L’année 2018 marquera-t-elle la première expérience de vol touristique spatial pour nous autres, terriens ? C’est en tout cas l’ambition de Virgin Galactic, qui espère envoyer un premier vol commercial à la frontière de l’espace. Et son dirigeant, Richard Branson, compte bien monter à bord.

Tout a commencé en 2004 lorsque Richard Branson, l’entrepreneur qui se cache derrière la marque Virgin, lance Virgin Galactic. Cette société flambant neuve affiche son ambition quatre ans plus tard : réaliser le premier vol touristique spatial, dans lequel les voyageurs pourraient expérimenter pendant quelques minutes l’apesanteur. Richard Branson parlait alors de 2009 pour ce premier vol flirtant avec la frontière du cosmos.

En 2014, les autorités américaines accordent à Virgin Galactic la possibilité de réaliser des vols commerciaux pour permettre aux futurs touristes de l’espace de vivre cette expérience.

Virgin Galatic

Virgin Galatic

Malheureusement, la navette de l’entreprise, SpaceShipTwo, censée ouvrir la voie au programme, s’est écrasée la même année dans le désert de Mojave, tuant l’un de ses pilotes et blessant grièvement le deuxième. Le drame a interrompu temporairement l’aventure Virgin Galactic, qui n’a plus fait voler aucun engin pendant les deux années suivantes.

Objectif 2018

Malgré cet incident, l’entreprise n’a pas abandonné son programme de tourisme spatial. En février 2016, Virgin Galactic dévoilait ainsi son nouveau vaisseau destiné à s’envoler un jour dans l’espace, le VSS Unity. Et le grand jour est peut-être plus proche qu’on ne le croit : en effet, Richard Branson a renouvelé, dans une interview accordée à The Telegraph, son souhait d’envoyer un équipage dans l’espace, dont il compte bien faire lui-même partie. Le vol pourrait avoir lieu en 2018.

« Le programme de test se passe très bien, et tant que nous aurons nos braves pilotes d’essai pour en repousser les limites, nous pensons qu’après presque douze ans de travail acharné, nous y sommes presque. Nous avons arrêté de donner des dates, mais je pense que je serais très déçu si nous n’étions pas dans l’espace à bord d’un vol d’essai d’ici la fin de l’année, et si je ne suis pas dans l’espace d’ici l’année prochaine », s’est confié l’entrepreneur.

Je serais déçu de ne pas être dans l’espace d’ici l’année prochaine

À presque 67 ans, Richard Branson ne semble pas près de ralentir la cadence pour réaliser son rêve, et tenter de faire de l’espace une destination touristique (pas vraiment) comme les autres dans un futur proche.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.