Le Figaro prévient que partager son accès Wi-Fi avec un voisin peut provoquer des « mesures de rétorsion » de la part du FAI, et fait peser le risque d’une « responsabilité pénale » de l’abonné, avec la loi Hadopi.

En Egypte, avant que le régime d’Hosni Moubarak ne décide de couper totalement l’accès à Internet dans tout le pays, l’une des premières réactions avait été de demander à ceux qui avaient encore accès au net d’ouvrir leurs routeurs WiFi. Les manifestants dont l’accès à l’internet mobile avait été coupé pouvaient alors continuer à publier des messages et à envoyer des photos et des vidéos en profitant des accès ouverts par les habitants. Cette initiative et la coupure généralisée du net a donné tout son sens à la décision du Conseil constitutionnel qui, pour censurer la première loi Hadopi, avait sacralisé l’intérêt d’Internet pour la liberté d’expression :

Considérant qu’aux termes de l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :  » La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi  » ; qu’en l’état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne ainsi qu’à l’importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l’expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d’accéder à ces services ;

(…) la liberté d’expression et de communication est d’autant plus précieuse que son exercice est une condition de la démocratie et l’une des garanties du respect des autres droits et libertés ; que les atteintes portées à l’exercice de cette liberté doivent être nécessaires, adaptées et proportionnées à l’objectif poursuivi.

En somme, partager son accès à Internet est un acte citoyen qui participe à la liberté d’expression et de communication. En incitant les administrés à couper l’accès à leur Wifi et à redouter leurs voisins, l’Hadopi va contre l’exercice de cette liberté, dont l’exemple égyptien met en exergue l’importance démocratique.

Mais ça n’est pas le sentiment du Figaro. Dans une « question du jour » repérée par Yoann Ferret (de Freenews), l’édition papier du Figaro déconseille fortement à ses lecteurs de partager leur accès Wi-Fi avec leur voisin. « Sympathique, mais risqué !« , commence le journal, qui prévient que c’est interdit par les contrats d’abonnement des FAI. « Vous vous exposez alors à des mesures de rétorsion de la part de votre fournisseur d’accès. Pire : vous pouvez être assimilé, aux yeux de la loi, à un fournisseur d’accès à Internet, et donc être soumis aux mêmes responsabilités« , assure-t-il. Il s’agit d’un risque extrêmement théorique, et à tout le moins contestable. Mais le quotidien rappelle par ailleurs les termes de la loi Hadopi, qui oblige à veiller à ne pas permettre le piratage d’œuvres via son accès à Internet. « Si votre voisin fréquente des sites illégaux d’échange et de partage de fichiers, c’est votre responsabilité pénale qui est engagée« , écrit Le Figaro.

Dans un pur style albanien, le journal conclut que « la solution la plus pratique et la plus légale » (sic) pour les voisins « consiste à se connecter à une borne Wi-Fi publique« , ou à se connecter à la box avec ses propres identifiants du même opérateur. On leur dira.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !