L’agence spatiale japonaise s’est résolue à détruire une fusée en plein vol, après avoir constaté une défaillance.

C’est un échec rare dans le programme spatial japonais. Le mercredi 12 octobre 2022, l’agence d’exploration aérospatiale nipponne (Jaxa) a dû déclencher l’autodestruction d’une fusée Epsilon en plein vol. Ce faisant, plusieurs satellites qui se trouvaient à bord ont été perdus. La Jaxa a confirmé la perte du lanceur dans un communiqué sorti le jour même.

« Le lancement a échoué à 9:57:11, lorsqu’un signal de destruction de commande a été envoyé au lanceur et que l’on a estimé que le lancement avait dévié de l’attitude cible au moment de déterminer si la séparation était possible », développe la Jaxa. Le décollage, lui, s’était bien passé. L’engin est parti de la base de lancement d’Uchinoura, tout au sud du pays, sur l’île de Kyūshū.

Un échec rare pour la Jaxa

Il s’agit du tout premier raté de la fusée Epsilon, qui est en service depuis 2013 — le lanceur a déjà accompli cinq autres vols, dont un vol de qualification. L’engin est taillé pour le transport de satellites. Il n’a pas vocation à convoyer des astronautes. Epsilon est décliné en deux grandes versions : une déclinaison à trois étages et une autre à quatre.

Jaxa Epsilon-6
Le décollage de la mission Epsilon-6, avant son revers. // Source : SciNews

Les échecs de l’agence spatiale japonaise en matière de lanceurs sont rares. On peut lister deux autres défaillances. En 2017, une fusée-sonde SS-520 n’a pas réussi à envoyer sa charge en orbite. Quant au lanceur H-IIA, il n’a connu qu’un seul faux pas, en 2003. Là encore, il s’agissait d’acheminer des satellites dans l’espace. C’est très peu sur une période de vingt ans.

L’agence spatiale japonaise a mis en place un groupe de spécialistes pour élucider les circonstances de ce revers.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.