L’imposante fusée Space Launch System reste au sol, encore une fois, ce samedi 3 septembre 2022. La Nasa n’est pas parvenue à éviter une nouvelle fuite lors du remplissage de la fusée d’Artémis I, la mission qui doit partir faire le tour de la Lune.

La deuxième tentative de lancer Artémis I vers la Lune s’est soldée par un échec. La Nasa avait prévu de faire décoller sa fusée Space Launch System (SLS) le samedi 3 septembre 2022, à partir de 20h17, heure de Paris (ouverture d’une fenêtre de tir de 2h). Néanmoins, un nouvel incident technique a forcé l’agence spatiale à reporter le lancement de la première mission du programme Artémis. Le lanceur reste au sol, sur le complexe de lancement 39 du centre spatial Kennedy en Floride, a-t-on appris vers 17h20.

À l’origine, l’agence spatiale souhaitait lancer sa mission le lundi 29 août, aux alentours de 14h30. Un problème constaté au niveau du refroidissement des moteurs, situés en bas de l’étage principal de la fusée, en a décidé autrement. Malheureusement, la tentative du 3 septembre ne s’est pas avérée plus fructueuse : il y a eu un gros problème de fuite d’hydrogène.

Encore une fuite de carburant dans le SLS, la fusée d’Artémis I

Il était environ 11h, ce samedi 3 septembre, lorsque l’autorisation d’entamer les opérations de remplissage de la fusée a été donnée. Le SLS est prévu pour pouvoir accueillir de l’oxygène (qui sert de comburant) et de l’hydrogène (qui sert de carburant) sous forme liquide.

Le ravitaillement commence par l’envoi de l’oxygène dans l’étage central de la fusée. À cette étape, on s’assure que les réservoirs s’habituent bien aux températures extrêmement froides du liquide. Puis, vient le tour de l’hydrogène liquide, qui doit être déversé dans l’étage central de la fusée. Cependant, à cette étape, les équipes ont détecté une fuite d’hydrogène dans une cavité. Malgré les efforts pour colmater la fuite, avec diverses solutions mises en œuvre à trois reprises, le problème a persisté.

artémis 1 fusée oiseaux
La fusée, toujours sur son pas de tir. // Source : Flickr/CC/NASA/Joel Kowsky (photo recadrée)

Un souci similaire s’était produit le 29 août. La Nasa avait constaté une fuite d’hydrogène liquide à bord de la fusée d’Artémis I, qui n’avait toutefois pas été présentée comme la cause du report du lancement.

Et, maintenant, que va-t-il arriver à Artémis I ?

La Nasa n’a pas encore indiqué quelle serait la suite pour sa fusée et pour la mission en général. Comme le fait remarquer sur Twitter le journaliste Eric Berger, qui suit de près l’actualité spatiale, l’agence spatiale devrait avoir plusieurs options. Un lancement lundi 5 septembre pourrait être envisagé. À nouveau, ce serait une fenêtre de lancement de 2h. Elle pourrait s’ouvrir à partir de 23h12. Cela dit, un lancement lundi serait peut-être précipité, ne laissant pas à la Nasa assez de temps pour résoudre le souci de la fuite.

Une autre possibilité serait un décollage mardi 6 septembre. Cela laisserait plus de temps à la Nasa pour corriger le problème. Mais, il y aurait un inconvénient : le 6 septembre, la fenêtre de lancement devrait être très brève, d’une durée de moins de 30 minutes. Il serait encore plus crucial d’avoir une météo clémente (les décollages de fusées étant très sensibles à ce paramètre) pendant un si court laps de temps.

Dernière éventualité : le SLS repartirait dans le VAB (« Vehicle Assembly Building »), le bâtiment du centre spatial Kennedy, dans lequel le lanceur a été préparé. Dans ce cas, il semblerait fort probable qu’Artémis I ne décolle pas avant le 17 octobre, au plus tôt.