Le site de streaming permettait à certaines chaines d’apparaître en première page contre de l’argent. Twitch a désormais mis en pause de manière indéfinie les trains de boost.

Depuis le 30 mars, certains utilisateurs de Twitch se sont rendu compte que des streams d’un genre particulier se retrouvaient sur la page d’accueil du site. À plusieurs occasions, des visiteurs ont remarqué que dans la partie « Chaînes live qui pourraient vous plaire » Twitch leur conseillait … des streams diffusant du contenu pornographique.

La streameuse Noosh22 a interpelé Twitch pour cette raison le 30 mars. « Hey Twitch … L’option « payer pour de la promo » que vous avez mise en place vient de me proposer ça », a-t-elle tweeté après avoir vu un stream porno conseillé sur sa page d’accueil. Et elle n’est pas la seule.

Des trolls ont détourné la fonction

Le phénomène s’est répété sur au moins deux jours : Zach Bussey, un journaliste spécialisé dans la couverture des streamers, a remarqué la même chose le lendemain, le 31 mars. « Il semblerait que des trolls paient des comptes pour avoir accès au train de boost et mettre du porno en première page », explique-t-il sur Twitter.

La fonction « train de boost » (boost train en anglais) est nouvelle sur Twitch : elle n’a été rendue disponible qu’à la fin du mois de mars 2022, et seulement pour un « groupe de petits streamers », choisis « au hasard pour le test », explique la plateforme de streaming.

Le boost train est une version différente du hype train, car pour l’obtenir, les spectateurs doivent payer. Ils peuvent « offrir des abonnements, acheter des abonnements récurrents ou utiliser des Bits », précise Twitch. Une fois l’objectif atteint, le boost train met en avant la chaîne du créateur sur la première page de Twitch, dans la catégorie « Chaînes live qui pourraient vous plaire » — l’une des mieux placées sur la page d’accueil.

Twitch
Source : Nino Barbey pour Numerama

Cette nouvelle fonctionnalité, présentée par Twitch comme l’opportunité de se faire connaître par plus de gens, avait surtout été critiquée par certains vidéastes, qui disaient qu’elle ne profiterait qu’aux streameurs et aux viewers les plus riches. Maintenant que le boost train a été détourné pour mettre du porno en première page, l’histoire leur donne raison.

Kotaku, qui a écrit le 1er avril un article sur l’apparition des streams porno, a contacté Twitch. La plateforme a indiqué qu’elle avait décidé « de mettre en pause la fonctionnalité boost train pour des raisons de sécurité ». Le porte-parole de l’entreprise a ajouté que les équipes se serviraient de cette « expérience » pour « améliorer leur outil », et a également rappelé que les contenus pornographiques sont interdits sur Twitch.

Pour l’instant, personne ne sait quand le boost train pourrait revenir sur Twitch, ni sous quelle forme. En tout cas, l’accident a pour l’instant donné raison à la communauté des streameurs. « Le boost train n’aurait jamais dû être lancé », a expliqué à Kotaku le journaliste Zach Bussey, « monétiser la page d’accueil d’un site qui a déjà du mal à mettre en avant la diversité était une catastrophe courue d’avance ».