Valve travaille de concert avec AMD afin de faire fonctionner Windows 11 sur sa console portable Steam Deck. Le désir d'ouverture est bien ancré dans la philosophie de l'entreprise.

« Oui, Steam Deck est un ordinateur : il est possible d’y installer tout ce que vous voulez, y compris d’autres systèmes d’exploitation », peut-on lire dans la FAQ mise à disposition par Valve à propos de sa console portable, annoncée il y a un peu moins d’un mois. Si la compatibilité avec Windows 10 est assurée, se pose quand même la question de celle avec Windows 11 — le futur système d’exploitation de Microsoft. Sur ce dossier, Valve n’est pas encore affirmatif mais les choses semblent aller dans la bonne direction.

Dans une interview accordée à PC Gamer le 7 août, Greg Coomer, concepteur du Steam Deck, indique d’abord : «  Pour le moment, nous nous sommes surtout focalisés sur Windows 10. » Puis il rassure sur la présence d’une puce TPM (Trusted Compatibility Module) compatible avec cette future évolution. «  Nous pensons être en mesure de répondre à ce critère  », confie-t-il. La balle reste néanmoins dans le camp d’AMD, qui s’occupe de la partie hardware. 

Source : Valve

Pourquoi la compatibilité avec Windows 11 est importante pour le Steam Deck

« Ce sont des discussions que nous avons avec AMD pour s’assurer que, au niveau du BIOS, nous pouvons nous en accommoder. À l’heure actuelle, il n’y a rien qui nous fait penser que nous rencontrerons des problèmes avec Windows 11  », poursuit l’intéressé, confiant quant à la polyvalence du Steam Deck. On rappelle que la console portable dispose de son propre système d’exploitation, baptisé Steam OS 3.0 et basé sur Archi Linux. Il est appuyé par Proton, «  une couche de compatibilité qui permet aux jeux Windows de fonctionner sous Linux » selon la description officielle.

La compatibilité avec Windows 10 — et, par ricochet, Windows 11 — est importante pour Valve dans le sens où elle permet au Steam Deck d’être une machine 100 % ouverte. Ce que n’est pas la Nintendo Switch. Permettre aux utilisateurs d’installer le système d’exploitation de Microsoft garantira un accès à des jeux incompatibles avec SteamOS 3.0 et qui se trouveraient en-dehors de l’écosystème Steam.

Par exemple, les systèmes antitriche ne sont pas pris en charge par Proton, alors qu’ils le sont par Windows. « Nous travaillons avec BattlEye et Easy Anti-Cheat pour assurer la prise en charge de leurs systèmes antitriche avant le lancement  », explique Valve sur ce point. En attendant, la compatibilité avec Windows rassurera les fans d’Apex Legends, entre autres jeux populaires qui pourraient rencontrer quelques soucis au sein de SteamOS 3.0.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo