Vous n'arriverez pas à réciter plus de décimales de Pi que Google. Mais vous pouvez essayer.

Réciter les décimales de Pi, un truc de nerd ? C’est ce qu’on va voir. Dans un jeu caché dans sa calculatrice, Google vous met au défi de réciter le plus de nombres après la virgule de Pi, en partant de la forme la plus simple que tout le monde apprend : 3,14. Beau joueur, Google vous donnera toujours l’exemple, en ajoutant une décimale après l’autre. Une sorte de Simon en plus mathématique ou de Burger de la mort en moins drôle.

Comment jouer au jeu de Pi ? 

  • Tapez Pi dans la barre de recherche de Google (ou cliquez ici).
  • La calculatrice apparaît alors avec le nombre Pi écrit en grec en haut à gauche. Il scintille.
  • Touchez ce logo et le jeu commence.
  • Google va alors donner une séquence du nombre et vous allez devoir la répéter. Si vous perdez, vous recommencez à zéro.

Il est évidemment impossible de battre Google, qui est un ordinateur, et peut calculer et retenir autant de décimales de Pi qu’il le souhaite. Mais il est possible d’utiliser ce petit jeu pour s’entraîner à retenir de nouveaux chiffres après la virgule et utiliser Pi dans la vie courante avec plus de précision que la veille. Par exemple, je sais désormais qu’un 2 suit les 3,14159 qui est resté gravé dans les méandres de mon cerveau.

Le jeu de Pi dans la calculatrice de Google // Source : Capture d’écran Numerama

Un doodle qui dure

Ce petit jeu a été créé par Google pour célébrer le Pi Day, ou « jour de Pi », qui a lieu tous les 14 mars. Pour comprendre la blague, il faut écrire les dates comme le font les États-Unis, qui n’utilisent ni la logique (du jour à l’année), ni la norme standard ISO (de l’année au jour), mais le mois, puis le jour, puis l’année. Comme pour le 4 mai, qui est le jour de Star Wars, May The 4th sonne comme le début de May The Force (be with you) et le 14 mars se note 3/14, soit 3,14, soit le début de Pi. Depuis cet événement, il est resté accessible sur la calculatrice, comme de nombreux autres doodles événementiels.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo