Annoncé l'an passé et présenté plus en détail cette année, le service xCloud poursuit sa gestation. Microsoft a ouvert les préinscriptions pour les internautes qui souhaitent tester le service de cloud gaming en avant-première.

Le calendrier de Microsoft pour le « cloud gaming » se précise. Pratiquement un an après avoir présenté le projet xCloud, une nouvelle phase est sur le point de s’ouvrir, avec l’arrivée de l’aperçu public du service. En effet, la firme de Redmond accepte depuis fin septembre l’inscription des internautes désireux de découvrir sa future plateforme de jeu en streaming à la demande.

Le principe du cloud gaming est de faire tourner un jeu vidéo non pas sur un PC ou une console, mais sur des installations fournies  par une entreprise qui commercialise un service associé. En clair, le travail n’est pas fait « sur place », localement, mais à distance. Ensuite, le résultat est transmis en streaming jusqu’à l’appareil du client, par exemple un smartphone. Exactement comme un service de SVOD comme Netflix, en somme.

Malheureusement, un enregistrement auprès de Microsoft ne constitue en aucune façon la garantie que vous aurez un accès anticipé pour tester xCloud.

Microsoft xCloud
La page de préinscription à xCloud.

Ouverture limitée de l’aperçu public

Outre les critères techniques (il faut posséder un smartphone avec un OS récent et avoir une solide connexion mobile, notamment) et géographiques (en principe, seuls les internautes se trouvant aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Corée du Sud sont autorisés à postuler, mais il est possible de passer outre par exemple avec un VPN), Microsoft sera amené à faire un tri parmi toutes les candidatures reçues.

Si vous allez au bout de l’inscription malgré tout, Microsoft prévient que les internautes seront informés s’ils ont été ou non retenus, «  au plus tard à la mi-octobre ». « Veuillez noter que nous n’accepterons qu’un nombre limité de participants au premier tour et que l’inscription ne garantit pas la sélection », prend soin de repréciser Microsoft. Il ne reste donc plus qu’à guetter ses mails.

Pour le grand public, il n’est pas forcément très intéressant de se ruer sur l’accès en avant-première de xCloud, dans la mesure où le service est encore en rodage (on ne sait pas quel sera le modèle économique du service ni quelles seront ses promesses techniques) et que des soucis sporadiques vont peut-être apparaître. En outre, Microsoft attend des retours utiles de sa communauté sur les bugs et la qualité de service.

Une manette, une smartphone et un accès à Internet suffisent pour accéder à xCloud. // Source : Microsoft

Un service testé à l’E3

Nous avions pu tester le cloud gaming de Microsoft lors de l’édition 2019 de l’E3 avec des jeux comme Halo 5 : Guardians, Gears of War 4, Forza Horizon 4 et Hellblade : Senua’s Sacrifice. Testés sur un Samsung Galaxy S10+, les jeux se sont avérés tout à fait jouables et fluides, avec à peine quelques ralentissements sans conséquence et de rares défauts visuels du fait de la compression sur un petit écran.

Mais bien sûr, il sera à vérifier si l’expérience de jeu sera la même quand xCloud ouvrira vraiment ses portes, dans la mesure où les conditions de test proposées par l’entreprise lors de l’E3 ne sont pas tout à fait représentatives — pour l’éditeur américain, il s’agissait aussi de séduire les joueurs, la presse et les professionnels avec une session sans aucun accroc et avec un smartphone très performant.

Une bonne connexion est requise

Le cloud gaming est une tendance en plein essor, avec des projets parfois ambitieux portés par des grands noms de l’industrie vidéoludique comme Nvidia, Google et maintenant Microsoft et de plus petits, comme Shadow. Si la promesse est de pouvoir jouer à des jeux dernier cri sans avoir besoin d’un PC de compétition ou de télécharger et installer au préalable des dizaines de gigaoctets de fichiers, quelques préalables sont toutefois incontournables.

Dans le cas de xCloud, il est par exemple nécessaire d’avoir un smartphone équipé au minimum du système exploitation Android 6.0 (iOS n’est pas mentionné à ce stade) et capable de gérer le Bluetooth 4.0 — rien d’insurmontable dans un cas comme dans l’autre, puisque cette branche de l’OS date de 2015 tandis que la génération de la norme va sur ses dix ans d’âge.

Il faut également avoir une manette sans fil compatible avec le Bluetooth, une connexion mobile d’au moins 10 Mbit/s ou du Wi-Fi 5 GHz. Autrement dit, la présence de bonnes infrastructures télécoms aux alentours de votre domicile (présence d’antennes-relais pour le mobile, déploiement du réseau fixe pour l’ADSL, le câble ou la fibre optique) déterminera votre éligibilité au cloud gaming.

Il faudra enfin disposer de l’application dédiée, appelée Xbox Game Streaming App.

À lire sur Numerama : Project xCloud  : on a testé le cloud gaming par Microsoft à l’E3

Partager sur les réseaux sociaux