Microsoft pourrait commercialiser non pas une mais deux Xbox à l'avenir. L'une d'entre elles serait 100 % orientée vers le streaming.

En conclusion de la conférence pré-E3 2018, Phil Spencer, patron de la branche Xbox chez Microsoft, avait évoqué l’avenir de la marque. Et l’intéressé avait notamment indiqué que ses équipes travaillaient sur non pas une, mais des consoles. Brad Sams, analyste chez Thurrott, a essayé d’en savoir plus dans une note publiée le 23 juillet 2018. Il annonce que le géant américain devrait lancer deux plateformes distinctes en 2020.

En effet, en plus d’une console traditionnelle qui prendrait le relais de la famille One, Microsoft proposerait une box de streaming. Tous ces produits appartiendraient à la gamme qui répond au nom de code Scarlett.

Capture conférence Xbox pré-E3 2018

Du cloud hybride

Moins puissante qu’une console normale, cette box permettrait quand même de faire tourner tous les jeux sans problème de latence (comprendre : la Xbox Scarlett physique n’aura pas d’exclusivités). Pour ce faire, Microsoft emploierait une technologie spéciale, articulée autour du partage des tâches — en local et à distance. Ainsi, localement, la box se concentrerait sur certains éléments spécifiques (signaux envoyés par la manette, traitement de l’image ou encore détection des collisions) tandis que le reste serait géré par les serveurs de Microsoft. Le cloud se chargerait alors d’assembler le tout. 

« Cela signifie qu’il y a besoin d’un peu plus de puissance hardware en local et que cela va augmenter le prix de la box de streaming », explique Brad Sams, qui tempère en disant que ce sera toujours moins cher qu’une Xbox traditionnelle. Pour Microsoft, le but serait d’augmenter l’audience et de vendre un maximum d’abonnements avec un produit d’appel hyper accessible, à la fois simple et fonctionnel.

Scarlett Cloud, le futur service de jeux en streaming de Microsoft, devrait par ailleurs être proposé sur plusieurs appareils connectés compatibles, à la manière de Shadow ou de Netflix. En somme, la stratégie apparaît comme horizontale : in fine, l’objectif est de pouvoir faire jouer n’importe qui. Aux dernières nouvelles, deux milliards de personnes étaient visées

Partager sur les réseaux sociaux