Le mot-clé YggTorrent a disparu de Google, pour la deuxième fois en l'espace de six mois. Le site de liens BitTorrent est l'une des bêtes noires de l'industrie du divertissement en France.

Mise à jour du 3 août – Nouvelles contrariétés pour YggTorrent. Le site de liens BitTorrent a indiqué dans la nuit avoir été obligé de basculer sur le sous-domaine ww3 après avoir subi un déréférencement sur Google.

Selon nos constatations, le mot-clé « YggTorrent » ne permet plus d’accéder au site depuis le moteur de recherche américain (contrairement à des solutions concurrentes, comme Bing DuckDuckGo ou Qwant). En revanche, le site reste accessible sur Google si l’on tape son adresse de manière plus ou moins complète (en ajoutant, par exemple, l’extension de domaine utilisée).

Sujet du 12 juin – Pour la deuxième fois en l’espace de six mois, YggTorrent disparaît de Google. Dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 juin, le site de liens BitTorrent a annoncé avoir constaté qu’une recherche sur son nom dans le moteur de recherche ne renvoyait plus l’adresse du portail, mais seulement des résultats secondaires, comme ses comptes de réseaux sociaux ou des sites web revenant sur son actualité.

Les raisons de ce déréférencement sont inconnues : lorsque le site a été enlevé une première fois de l’index de Google, fin novembre 2017, on a supposé que c’était en raison du design de sa page d’accueil, celle-ci affichant directement des listes entières de liens BitTorrent à utiliser pour récupérer des œuvres piratées. En riposte, les administrateurs avaient modifié la page d’accueil.

Cette mise à jour de la page d’accueil, qui a consisté à retirer toute présence de liens BitTorrent mais aussi à enlever les boutons de téléchargement rapide situés sous les torrents de la page d’accueil, avait permis au site de faire son retour dans le moteur de recherche quelques jours plus tard.

Le retrait d’YggTorrent, que ce soit fin novembre ou aujourd’hui, ne concerne que Google. Cela concerne aussi bien une requête avec le nom seul du site ou une combinaison entre le nom du site un autre mot-clé, par exemple « yggtorrent film ». Par contre, les recherches se basant sur l’adresse complète du site, c’est en incluant l’extension de nom de domaine (.is), restent fonctionnelles.

De leur côté, les autres moteurs de recherche, qu’il s’agisse de Bing, DuckDuckGo ou Qwant, permettent toujours d’accéder au site de liens BitTorrent. Cependant, du fait du poids qu’a Google en France dans la recherche en ligne, c’est surtout son index qui importe, celui-ci étant visité par plus de 90 % des internautes.

Demandes de déréférencement

Il faut savoir que YggTorrent est particulièrement ciblé par les ayants droit.

Il fait partie des sites pour lesquels de très nombreuses adresses sont visées par des demandes de déréférencement. Selon un rapport de Google de fin 2017, on recensait 187 titulaires de droits d’auteur et 46 organisations travaillant pour eux ayant signalé 10 000 adresses liées à YggTorrent. Parmi les demandeurs, on retrouvait OCS, Studiocanal, Metropolitan, TF1, Canal+, Fox Pathé, France TV Distribution et Walt Disney.

Par ailleurs, en septembre 2017 a été signé un accord entre Google et l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), sous le regard bienveillant Centre national du cinéma et de l’image animée et du Ministère de la Culture. Cet accord porte notamment sur l’index de Google afin de déclasser les contenus illicites, c’est-à-dire éviter qu’ils ne se trouvent en haut des résultats.

Rien ne dit que c’est ce mécanisme qui a été activé contre Google, puisqu’il semble s’agir d’un déréférencement pur et simple. Toujours est-il que la situation pour YggTorrent est très défavorable, du fait de l’existence de cet accord, mais aussi des récents propos de la ministre de la Culture appelant à déréférencer les sites pirates et parce que YggTorrent est identifié comme l’une des bêtes noires de l’industrie culturelle.

Partager sur les réseaux sociaux