Une étude empirique menée par l'Université Queen's s'est intéressée aux avis rédigés par les joueurs. Elle prouve qu'ils se plaignent moins des bugs que des mauvais jeux.

Les gens aiment moins les mauvais jeux que les bugs. Cela paraît évident mais c’est écrit noir sur blanc dans une immense étude empirique menée par l’Université Queen’s, située au Canada. Quatre personnes ont épluché les retours sur plus de 6 000 jeux disponibles sur Steam — la plateforme la plus populaire — et en ont tiré des statistiques assez intéressantes. À commencer par celle-là : 71 % des avis partagés par les joueurs ne sont qu’émotionnels et, par définition, ne sont pas pertinents pour les développeurs. Un exemple de ce type de retour ? « Excellent jeu » et il est vrai qu’on en lit des tas sur les pages de Steam. 

Les bugs ? Les joueurs s’en fichent

Ce qui veut dire que 29 % des feedbacks écrits par les utilisateurs sur Steam doivent être considérés par les studios (sur un échantillon d’onze millions de publications). « Bien que les reviews négatives contiennent des informations plus pertinentes sur les aspects négatifs d’un jeu, comme des plaintes ou des rapports de bugs, les développeurs ne devraient pas ignorer les informations potentiellement utiles contenues dans les retours positifs », souligne l’étude dans son introduction. 

L’étude a divisé les retours en six catégories : ceux qui ne sont pas pertinents, les positifs, les négatifs (hors bugs), ceux incluant une vidéo, ceux incluant une suggestion pour améliorer le jeu et ceux décrivant un bug. Des catégories qui, bien sûr, peuvent se confondre. Selon les chiffres, 38 % des retours sont positifs, 34 % sont négatifs. Et seulement 8 % rapportent un bug. «  Le pourcentage de retours mentionnant des bugs est étonnamment très faible par rapport à ceux critiquant le game design  », conclut l’étude.

En sous-texte : les joueurs valorisent davantage le game design que la qualité logicielle. Autres statistiques qui plaident pour cet enseignement : 42 % des critiques mentionnant un bug sont des retours positifs et seulement 17 % des critiques négatives évoquent des bugs. 

À l’arrivée, les bugs ont moins d’impact qu’on ne pourrait le croire. Pourtant, on entend souvent les joueurs s’en plaindre…

Partager sur les réseaux sociaux