GTA V s'est vendu à 90 millions d'exemplaires depuis son lancement sur PlayStation 3 et Xbox 360, en 2013. Le chiffre ne s'arrête plus de grimper.

Grand Theft Auto V qui passe la barre des 60, puis des 70, puis des 80, puis des 90… On a l’impression de lire les mêmes choses à chaque fois que Take-Two Interactive, éditeur de Rockstar Games, fait le bilan du dernier trimestre écoulé. Le blockbuster disponible sur PlayStation 3, Xbox 360, PlayStation 4, Xbox One et PC continue donc de se vendre comme des petits pains, malgré son âge et la concurrence. Il a franchi le cap des 90 millions d’exemplaires écoulés et se rapproche petit à petit du club des 100 millions dans lequel seuls Tetris et Minecraft figurent. C’est dire la prouesse qu’est en train de réaliser GTA V.

15 millions de ventes en plus en un an

Meilleure vente de tous temps aux États-Unis, GTA V en était à 85 millions au dernier pointage, datant du troisième trimestre de l’année 2017. Cela signifie que Take-Two Interactive en a distribué cinq millions de plus en trois mois — certes, pendant la période la plus propice du calendrier. À la même époque en 2017, on écrivait que 75 millions de GTA V avaient trouvé preneurs. Si vous comptez bien : cela fait donc + 15 millions en l’espace de douze mois, pour un jeu qui vit actuellement sa cinquième année d’existence. En maintenant un tel rythme de croisière, le jeu de Rockstar Games pourrait tranquillement atteindre les 100 millions, juste avant le lancement de Red Dead Redemption 2. Ce serait un timing on-ne-peut-plus parfait.

Cette excellente forme de GTA V permet à Take-Two Interactive de générer un chiffre d’affaires de 392 millions d’euros durant le 3e trimestre, pour un bénéfice net de 20 millions d’euros (l’an dernier, le trimestre avait été déficitaire de 24 millions d’euros). Grâce à GTA Online et ses micro-transactions, les revenus numériques explosent. Et pèsent désormais plus dans la balance que les ventes physiques (54 contre 46 %). Comme quoi, les achats in-game ne font pas toujours polémique.

Partager sur les réseaux sociaux