Découvrez chaque semaine un jeu de société que nous avons sélectionné pour vous (avec amour et passion). Cette semaine, c'est Karuba qui est à l'honneur.

Aspergez-vous de répulsif à moustique et emmenez votre machette, direction la jungle, à la recherche des temples perdus de l’ile de Karuba.

Chaque joueur dispose d’un plateau individuel quadrillé représentant l’ile. Deux côtés forment la plage où débarquent quatre explorateurs. Les deux autres la jungle, abritant quatre temples de mêmes couleurs que les explorateurs. Les plateaux de tous les joueurs sont strictement identiques et leurs pions sont placés exactement aux mêmes coordonnées.

Chaque joueur dispose également d’une trentaine de plaquettes numérotées, représentant des chemins avec quatre issues au plus.

Karuba

À chaque tour, un joueur, toujours le même, pioche au hasard une de ses plaquettes. Les autres piochent le même numéro : elles sont toutes identiques. Les joueurs la placent ensuite sur leur plateau personnel en respectant quelques contraintes. Progressivement, des chemins se forment, le but étant de tracer des passages à travers la jungle pour permettre aux explorateurs de rejoindre leur temple respectif.

Au lieu de placer la tuile, on peut la défausser pour avancer un pion d’un nombre de cases égal aux issues de la tuile défaussée. Ainsi, une tuile avec trois issues permet d’avancer un explorateur de trois cases.

Karuba

Dès qu’un explorateur atteint son temple, le joueur y prend le trésor de plus grande valeur encore disponible. Il y a autant de trésors par temple que de joueurs, mais de valeurs décroissantes. Plus on arrive tard, moins le trésor est intéressant.

La partie s’arrête quand toutes les tuiles ont été posées ou qu’un joueur a exploré ses quatre temples. Le gagnant est celui ayant le plus de points en additionnant ses trésors aux diamants et pépites d’or glanées sur certaines tuiles.

Pourquoi c’est bien

Bien que l’éditeur soit connu pour ses nombreuses boites jaunes destinées aux enfants, Karuba n’est pas réservé qu’à ces derniers. Au contraire, il fonctionne parfaitement entre adultes.

Ce qui plaît particulièrement et fait la spécificité du jeu, c’est son côté parfaitement symétrique. Les joueurs disposent exactement des mêmes éléments, en début et en cours de partie, et seules leurs décisions, prises au fil du jeu, font la différence. C’est le duplicate (comme au Scrabble ou au bridge).

Karuba

Il faut bien analyser les positions initiales des explorateurs et des temples, se représenter mentalement le chemin idéal nécessitant le moins de tuiles. Évidemment, le hasard est présent et elles arrivent rarement dans le bon ordre. Il faut s’adapter en permanence.

Agréable, accessible, sans prise de tête mais aux choix nombreux

Mais il s’agit d’une course avant tout. Il faut atteindre les temples avant les autres, donc choisir judicieusement les tuiles à défausser. Choix difficiles, puisque les tuiles à quatre issues, permettant d’avancer rapidement, sont aussi celles qui donnent le plus de possibilités pour construire sa route.

Ajoutez les tuiles contenant diamants ou pépites, non négligeables en fin de partie, et vous comprenez que les possibilités sont nombreuses.

Karuba

Le matériel est agréable, avec des pions en bois et du carton épais. Les illustrations accusent un style un peu vieillot, mais cela ne dérange absolument pas en jouant.

Existe également Karuba Junior, aux règles simplifiées pour jouer avec des touts petits. Et Karuba – Le jeu de cartes, au principe similaire mais plus court et avec uniquement des cartes.

Bref, si vous cherchez un jeu agréable, accessible, en duplicate et en simultané, sans prise de tête mais aux choix nombreux, envolez-vous vers Karuba.

  • Karuba est un jeu de Rüdiger Dorn
  • Illustré par Claus Stephen
  • Édité par Haba
  • Pour 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans
  • Pour des parties d’environ 40 minutes
  • Au prix de 33,95 € chez Philibert

Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux