En France, on considère que un français sur trois utilise la vidéo à la demande fréquemment. Il en reste deux tiers à convaincre. Or, les grands services de VOD français se donnent rendez-vous en octobre pour populariser leurs plateformes. C’est pour cela que, du 6 au 9 octobre, se tiendra le festival français de la vidéo à la demande.

Bruno Delecour, directeur général de FilmoTV n’est pas peu fier d’annoncer la première édition d’un festival de la vidéo à la demande. Fête du cinéma modeste et dématérialisée, cette première française réunit pendant quatre jours plus de douze des grandes plateformes de la vidéo à la demande. En proposant tous les films à 2 € (et 3 € en haute définition), les plateformes espèrent toucher et fidéliser des français qui n’ont pas encore pris l’habitude de la location de films en ligne. Lancée il y a dix ans, en 2006, la VOD française compte aujourd’hui plus de 15 000 films mis à disposition des consommateurs et est fréquentée par de nombreux internautes fidèles.

15 000 films disponibles

Mais avec encore deux tiers de consommateurs n’ayant jamais ne serait-ce qu’essayé la vidéo à la demande, Bruno Delecour confie qu’il demeure un défi de démocratisation de ce mode de consommation dont les limites techniques ont selon lui été levées depuis des années, notamment en matière de débit. En s’associant, les plateformes de VOD, une douzaine, ont réuni pour le festival d’automne plus de 3 millions d’euros qui seront investis dans une communication à grande échelle.

Plus commercial que culturel, le festival réunira tout de même des moments forts chez certains. Arte VOD proposera ainsi des sélections et FilmoTV, fidèle à sa tradition éditoriale, aura également des conseils et idées pour remplir les soirées d’automne. Avec notamment, de tentantes opération « cartes postales » avec lesquelles la plateforme compte mettre à disposition de tous des films venus de loin, qui sont plus rares en salles obscures que directement accessibles sur nos téléviseurs.

film

La VOD encore très favorisée en France par la chronologie des médias par rapport à la SVOD compterait plus de 4 millions d’œuvres louées chaque mois dans l’hexagone. Et, fait intéressant, le cinéma français représente 30 % des œuvres consommées en VOD, contre 21 % pour le marché des DVD. Une occasion pour notre cinéma de gagner en visibilité et rentabiliser les projets après leur passage en salles.

Le festival de la VOD est à retrouver sur Arte VOD, FilmoTV, Canal VOD, Fnac Play, Orange VOD et SFR VOD du 6 au 9 octobre.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !