Phil Spencer, patron de la branche Xbox, s’en est pris à Sony. L’entreprise fait tout son possible pour faire échouer le rachat d’Activision par Microsoft.

Phil Spencer est habituellement bienveillant : aucune phrase polémique, une ouverture d’esprit à souligner. Mais, c’est un Phil Spencer furieux qui s’est récemment exprimé sur les positions de Sony vis-à-vis du rachat d’Activision par Microsoft — toujours pas validé par les autorités. Il a fait montre de sa frustration dans le podcast Second Request, relayé le 11 décembre 2022 par Eurogamer.

Selon Phil Spencer, Sony cherche clairement à nuire à la marque Xbox, dans l’unique but d’asseoir un peu plus sa domination. « Sony essaie de protéger sa domination sur le marché des consoles. Leur manière de grossir implique de rendre Xbox plus petit », accuse-t-il. Depuis que Microsoft a annoncé vouloir racheter Activision Blizzard, la firme nippone a partagé ses inquiétudes sur le sort de certaines licences fortes, comme Call of Duty. Son lobbying paie actuellement, puisque la FTC (l’agence chargée de surveiller les pratiques concurrencentielles) s’y oppose.

Phil Spencer // Source : Microsoft
Phil Spencer. // Source : Microsoft

Quand Phil Spencer s’en prend à Sony

Sony est, actuellement, le seul acteur du marché des jeux vidéo à s’être ouvertement exprimé sur ce qui pourrait être le plus gros deal de l’histoire (chiffré à près de 70 milliards de dollars). Jusqu’à tomber dans le ridicule : le fait que le leader du marché, qui a construit son héritage sur les exclusivités fortes, pleurniche par crainte de voir son principal concurrent les multiplier à son tour prête à sourire. D’autant que Microsoft a martelé qu’il ne serait pas dans son intérêt de priver les joueurs PlayStation de certaines sagas fortes — comme Call of Duty.

« Sony a une vision totalement différente de l’industrie. Ils ne sortent pas leurs jeux le même jour sur PC, ils ne mettent pas leurs jeux dans un abonnement dès le jour de leur sortie », rappelle Phil Spencer. Il ajoute : « Le plus grand constructeur au monde est en train de mettre une objection par rapport à une saga [Call of Duty] sur laquelle nous avons rassuré. » À ses yeux, Sony domine le dialogue sur un rachat qui pourrait être « bénéfique » pour tout le monde.

On a quand même du mal à saisir comment Sony parvient à convaincre les autorités compétentes. Microsoft a une stratégie assez claire : offrir un maximum de choix aux joueuses et aux joueurs. Toutes ses décisions vont dans ce sens : un Game Pass doté de la fonctionnalité streaming pour pouvoir jouer sur mobile (sans besoin d’acheter une console), des rachats qui n’aboutissent pas toujours à des exclusivités (meilleur exemple : Minecraft), une transition beaucoup plus simple entre la Xbox One et les Xbox Series, la promesse de signer le grand retour de Call of Duty sur les consoles Nintendo… En face, on revu Sony partout pendant les The Game Awards 2022, remportant de nombreux prix grâce à God of War Ragnarök alors que Microsoft a brillé par son absence. Pourtant, la FTC préfère se ranger derrière Sony.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.