Des sensations proches d’un 4X, mais avec des parties qui tiennent en une heure : mission impossible ? Pas pour Orichalque, notre jeu de société de la semaine.

Les oracles sont sans équivoque, la prophétie des anciens est en train de se réaliser, le cataclysme est tout proche : l’Atlantide se fait engloutir par les eaux. Plusieurs expéditions sont lancées, à la recherche de nouvelles terres pour accueillir votre peuple. Saurez-vous trouver en premier le chemin vers le grand exode ?

Chaque joueur est à la tête d’une de ces expéditions, et dispose de son propre plateau : l’île qu’il doit explorer, et surtout sécuriser, pour permettre d’accueillir le reste de son peuple à temps.

Orichalque
Source : Catch Up Games

À son tour, on commence par choisir une carte d’action parmi plusieurs, renouvelées à chaque manche. Ces cartes sont assorties d’une tuile de terrain, d’un à trois emplacements, de types variés (forêt, lagon, montagne, désert ou volcan).

On place la tuile sur son île, en partant du port d’accostage choisi en tout début de partie, pour l’explorer petit à petit. Puis, on réalise, si on le souhaite, l’action de la carte. Il n’en existe que quatre différentes :

  • produire de l’orichalque (métal antique et mystérieux), grâce à ses mines ;
  • recruter des hoplites, grâce à ses casernes ;
  • capturer des créatures, qui arrivent avec les volcans ;
  • construire.

Les quatre actions sont imbriquées les unes avec les autres. Les hoplites aident à la capture des créatures. Les créatures empêchent de construire un bâtiment sur un emplacement adjacent. Les bâtiments construits apportent des avantages pour le reste de la partie. Etc.

Il est également possible de construire un temple, un grand bâtiment reposant sur quatre emplacements, ainsi qu’un médaillon d’orichalque en échange de cinq pépites. Chaque temple et chaque médaillon rapporte un point de victoire.

Orichalque
Cinq points de victoire, aucune créature sur l’île : victoire ! // Source : Catch Up Games

Enfin, chaque type de terrain est associé à un titan. Ils nous octroient leur faveur si on assemble une zone suffisamment grande du type de terrain en question. En plus de leur effet, ils valent également un point de victoire. Mais, ils sont volages, et ils n’hésiteront pas à rejoindre vos adversaires si les conditions sont respectées.

Dès qu’un joueur acquiert son cinquième point de victoire, et qu’il a débarrassé son île de toutes les créatures présentes, il remporte immédiatement la partie.

Pourquoi jouer à Orichalque ?

Dans Orichalque, on explore son île, on en exploite les ressources, et l’on extermine les créatures qui nous encombrent. À peu de chose près, on fait face à ce qui ressemble beaucoup à un « 4X » (« eXploration », « eXpansion », « eXploitation » et « eXtermination »). Plutôt un 3X en fait, puisque l’exploration et l’expansion sont communes.

Orichalque
Source : Catch Up Games

Mais, ce qui le distingue surtout des autres 4X du marché, c’est son accessibilité, tant en matière de complexité que sur la durée des parties. Là où cette catégorie regroupe généralement des jeux compliqués, aux règles nombreuses, et dont les parties durent plusieurs heures, Orichalque se boucle, lui, en 45 ou 60 minutes tout au plus.

Associé à des règles simples et des tours rapides, cela en fait un jeu très familial, abordable par la plupart des personnes, et loin des exigences demandées par les autres jeux de ce type.

Orichalque
Quelques créatures dont il faut débarrasser notre île. // Source : Catch Up Games

Si le jeu demande à coup sûr de l’anticipation, notamment dans le placement de ses tuiles, pour éventuellement attirer les faveurs d’un titan, ou construire un temple, il est surtout très opportuniste. Il faut rester ouvert dans ses possibilités et savoir s’adapter aux choix qui s’offrent à nous. Il n’empêche, on rage parfois, quand les tuiles et les actions disponibles ne nous intéressent pas, plusieurs tours de suite, surtout quand on est le dernier à jouer, et que les choix sont vraiment restreints.

Enfin, eu égard à la durée réduite des parties, c’est aussi et surtout une course, et il faut surtout éviter, collectivement, de laisser une trop grande avance à un des joueurs, sous peine de ne plus pouvoir le rattraper.

Stratégie, anticipation, opportunisme, le tout servi par un chouette matériel, de jolies illustrations, et saupoudré d’une juste dose de hasard. Orichalque est simple d’accès, et propose de découvrir les sensations d’un 4X, sans s’encombrer de règles longues et complexes généralement inhérentes à ce type de jeux. Et, surtout, avec des parties qui ne durent qu’une heure, dans le pire des cas.

  • Orichalque est un jeu de Bruno Cathala et Johannes Goupy
  • Illustré par Paul Mafayon
  • Édité par Catch Up Games
  • Pour 2 à 4 joueurs à partir de 12 ans
  • Pour des parties d’environ 45 minutes
  • Au prix de 39,90 € chez Philibert

Le verdict

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.