Airbnb souhaite limiter les débordements lors des soirées. Pour y parvenir, l'entreprise a officialisé l'interdiction des fêtes dites « ouvertes ».

Pour organiser des soirées, louer un appartement ou une maison sur Airbnb est devenu une solution commune. Le problème, c’est que les débordements le sont presque tout autant. La plateforme a décidé de prendre des mesures pour contrer ce phénomène. Le 5 décembre, elle a annoncé dans un communiqué que les fêtes dites « ouvertes » sont désormais interdites.

Des soirées promues sur Instagram

Toutes les fêtes « ouvertes » sont concernées. Il s’agit de fêtes organisées par des personnes qui n’ont pas défini une liste claire d’invités. Elles peuvent donc rapidement dégénérer.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux influenceurs font la promotion de ces « house party ». Le vidéaste Anthonin, 886 000 abonnés, racontait par exemple dans une vidéo, une soirée organisée dans une maison qu’il avait louée sur Airbnb avec ses amis, aux États-Unis. Il admettait qu’ils ont vite été dépassés par le nombre d’invités, et que la soirée avait pris des proportions démesurées. Au total, les dégâts — qui ne concernent pas uniquement la maison — ont été estimés à 170 000 euros.

D’autres récits similaires ont été faits. En juillet, Vice racontait ainsi les dessous de soirées organisées dans des Airbnb. Certains adolescents s’étaient spécialisés sur ce créneau. Ils promouvaient leurs fêtes sur Instagram sur le compte The House — depuis supprimé –, sans vérifier qui étaient les invités et combien viendraient.

Le propriétaire d’un duplex dont ils avaient fait leur terrain de jeu le temps d’une soirée avait par exemple estimé les dégâts à 30 000 euros.

Une fusillade lors d’une soirée

Le 31 octobre 2019, le pire est arrivé. Lors d’une fête d’Halloween organisée dans un Airbnb, une fusillade a eu lieu. Cinq personnes ont été tuées, plusieurs autres blessées. Il ne devait y avoir que 12 personnes invitées selon l’hôte, mais lorsque la police est arrivée sur les lieux, elle a pu constater qu’il y avait bien plus de monde que prévu. Brian Chesky, le fondateur et CEO de l’entreprise, avait affirmé quelques heures plus tard que tout ceci était « inacceptable » et qu’ils devaient mieux faire pour éviter ces situations.

Il avait alors évoqué la mise en place de nouvelles règles sur la sécurité, qui ont été détaillées ce 5 décembre. Airbnb précise que l’interdiction ne concerne globalement pas les fêtes ou événements autorisés par les hôtes. « Beaucoup de personnes se mettent d’accord avec leurs hôtes pour organiser un événement et respectent les lieux, les règles imposées et le voisinage », est-il indiqué dans le communiqué.

« Notre objectif est de s’en prendre au petit nombre de clients qui agissent de manière irresponsable et aux rares hôtes dont les logements sont devenus une source permanente de nuisances pour le voisinage », est-il ensuite précisé.

Le logo Airbnb. // Source : Flickr

Les logements situés dans des résidences familiales où le voisinage risque d’être fortement gêné par des nuisances sonores ne pourront aussi pas servir pour l’organisation de fêtes. Les hôtes qui contreviennent à cette règle « en subiront les conséquences », écrit Airbnb, qui ne précise pas davantage le type de sanction encourue.

Partager sur les réseaux sociaux