Le mème « ok, boomer » est la revanche de tous ces jeunes que l'on accuse des maux de la société.

Lors d’une allocution sur le changement climatique, la parlementaire néozélandaise Chlöe Swabrick a été interrompue par des confrères. L’écologiste, âgée de 25 ans, a trouvé la bonne formule pour les faire taire. Un simple « Ok boomer », lancé innocemment entre deux phrases.

Quiconque fréquente les réseaux sociaux a sans doute vu passer cette expression. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

La revanche de la génération Z

Pour résumer, la formule « ok boomers » est un peu la revanche de tous les jeunes que l’on a accusé, comme les « Millennials », de manger trop d’avocado toasts, d’être des enfants gâtés et irresponsables, ou encore de ruiner l’économie (notamment quand ils n’achètent plus de diamants). L’expression, comme la révolte qu’elle qualifie, est popularisée par ceux qu’on appelle la génération Z. Ce sont les personnes nées après 1995 — tandis que les « Millennials » sont nés entre le début des années 1980 et la moitié des années 1990.

Les choses que les millennials ont tué selon Google. // Source : Capture d’écran Google

Ces personnes nées après 1995 en ont marre de ces clichés. D’après elles, on plaque un discours ancien sur un monde nouveau. Elles expliquent cette dissonance cognitive aux boomers, c’est-à-dire à leurs parents ou ceux qui ont l’âge de l’être, qui ne comprennent rien à leur génération et à l’époque qu’ils ont participé à créer.

Quand l’utiliser ?

L’expression « ok boomer » vient du terme « baby boomer », qui désigne une personne née entre 1946 et le début des années 1960. Elle peut être utilisée lorsque cette dernière semble ignorer tellement de choses sur un sujet d’actualité que l’on renonce à lui expliquer. Chlöe Swabrick, par exemple, n’avait pas le courage d’expliquer à ses confrères plus âgés la gravité du changement climatique et l’impact qu’il aura sur les jeunes générations.

Giphy

Des internautes emploient aussi ces mots quand leurs parents décident d’aller voir ce qu’il se passe sur l’application de partage de vidéos TikTok, ou lorsqu’ils ont des pratiques jugées dépassées sur Facebook.

C’est aussi une excellente réponse aux poncifs qui débutent par « oh tu sais, de mon temps… ».

D’où vient ce mème ?

L’origine de cette formule est incertaine. Le site Know your meme relève des occurrences dès avril 2018, sur Twitter.

Des internautes l’ont utilisée pour répondre à des personnalités politiques qui critiquaient la « génération Z » ou les « millennials », ou qui cherchaient à adopter leurs codes de manière un peu maladroite.

Ce n’est qu’en 2019 que « ok boomer » est devenu un mème.

En France, il a fallu attendre plus longtemps encore, à savoir la fin du mois d’octobre. Cette nouvelle tendance à la hausse est liée à la popularité de certaines vidéos TikTok et à la médiatisation du phénomène, notamment avec un article publié par le New York Times le 29 et intitulé « Ok boomer marque la fin des relations intergénérationnelles cordiales ».

Le mème est aujourd’hui si populaire qu’il est devenu, comme d’autres avant lui, un objet de marketing. Shannon O’Connor, une Américaine de 19 ans, a ainsi monté un business de sweatshirts, t-shirts et casquettes floqués « ok boomer ». Elle a déjà vendu plus de 2 000 pulls à capuche.

Le sweat est vendu une trentaine d’euros. // Source : Capture d’écran Bonfire

D’après le New York Times, elle aurait gagné 10 000 dollars en quelques jours. Un joli succès, qui ne plaît pas à tout le monde. Comme l’on pouvait s’y attendre, les baby boomers pointés du doigt ont inondé Twitter de critiques du mème.

À les entendre, il s’agirait de discrimination ou de moqueries injustifiées et blessantes. Ok, boomers.

Partager sur les réseaux sociaux