La province insulaire d'Hainan pourrait être l'exception à la censure d'Internet en Chine. Le pays songe à y débloquer l'accès à des sites comme Facebook ou Twitter, afin de développer le tourisme.

Pour favoriser le tourisme dans la province insulaire d’Hainan, la Chine semble prête à faire quelques concessions à sa censure d’Internet. Le 22 juin 2018, le South China Morning Post a fait savoir que le pays était prêt à débloquer l’accès à des sites comme Facebook, Twitter ou YouTube pour attirer davantage de visiteurs étrangers.

Ces plateformes, interdites sur le reste du territoire chinois, seraient donc accessibles sur l’île : l’initiative fait partie d’un plan élaboré par les autorités locales pour la promotion du tourisme.

Le pays prévoie également d’embaucher 50 000 travailleurs anglophones, et d’acheter 2 000 minutes d’espaces publicitaires sur des chaînes internationales comme la BBC, CNN ou CNBC.

Hainan

Les réactions à la levée de la censure… censurées

Il y a deux mois, le président Xi Jinping avait déjà fait part de sa volonté de transformer l’île en zone portuaire de libre échange à l’horizon 2020.

Comme le note The Verge, ce plan d’action laisse encore planer le doute sur le sort qui sera réservé à d’autres plateformes que Facebook, Twitter et YouTube. D’ailleurs, la publication évoquant la levée de la censure a été retirée du site du gouvernement le 22 juin : la raison de cette suppression n’est pas connue.

Surtout, le pays semble déjà censurer les réactions des internautes à la suite de cette annonce. « Des milliers de commentaires ont été supprimés depuis. Comme si censurer des gens résolvait le problème », commenté un utilisateur de Weibo, cité par The Verge.

Partager sur les réseaux sociaux