Au milieu du désordre politique dans lequel la France est plongée depuis plusieurs jours, certains trouvent encore le mot juste pour alléger la pression, ne serait-ce que quelques secondes, sans perdre des yeux le combat contre l’accession du Rassemblement national au pouvoir.

L’heure n’est pas au rire. Le Rassemblement national, anciennement Front national, est arrivé largement en tête des élections européennes en France, et pourrait bien réitérer l’opération lors des législatives anticipées annoncées par surprise par le président Macron, le 9 juin au soir.

Alors, quoi ? On se lève, on s’informe, on combat. Les citoyens et citoyennes se mobilisent, les personnalités politiques s’allient, font des concessions. De Poutou à Glucksmann, la gauche dit faire front (populaire).

Instagram, Twitter et TikTok deviennent des armes de sensibilisation — on parle notamment des « edits », des montages survoltés à la gloire des candidats et candidates, qu’a analysé récemment le HuffPost. Ces plateformes permettent aussi aux citoyens et citoyennes de prendre du recul sur les scènes parfois lunaires qui se déroulent sous leurs yeux.

Voici une sélection des quelques commentaires et mèmes qui, s’ils permettent de sourire, rappellent également à quel point les récents événements sont surprenants et inédits dans les dernières décennies de politique française.

IMG_4101

Eric Ciotti enfermé dans son bureau

L’alliance d’Eric Ciotti (ex?) patron du groupe les Républicains, avec le Rassemblent national, a de quoi donner des frissons. Les péripéties qui ont suivi, elles, ont fait halluciner plus d’un observateur.

L’homme politique proche des idées de l’extrême droite s’est lui-même mis en scène dans son bureau, refusant de quitter ses fonctions même après être démis par des pairs. Il n’en fallait pas plus pour que certains détournent les codes des séries dites « mockumentaire » comme The Office ou Veep pour appuyer l’effet comique de la situation.

« Crise chez LR : Valérie Pécresse a-t-elle giflé Eric Ciotti ? » Si l’on doutait encore que la France est plongée dans un nouvel espace-temps chaotique, ce titre d’un article de Libération permet d’en être sûrs. En est-elle venue aux mains ? L’article ne le dit pas fermement. Le duo a toutefois donné lieu à plusieurs commentaires, scotchés par la mise en scène de l’arrivée de la présidente de la région Île-de-France au QG des Républicains.

Source : X/tintinades
Source : X/tintinades
Source : X/_dmnt
Source : X/_dmnt

Autre petit succès : l’irruption de la députée EELV Sandrine Rousseau, alors qu’Éric Ciotti s’exprimant devant les caméras de BFMTV, devant le siège du parti Les Républicains, dans le 15e arrondissement de Paris.

Source : X/Le_Trema
Source : X/Le_Trema
Source : X/Monty_Brogan69
Source : X/Monty_Brogan69

L’explosion de la droite française

C’est plus largement la guerre interne au sein du groupe les Républicains qui captive.

Source : X/desesprite
Source : X/desesprite

Source : X/Nini_MacBright
Source : X/Nini_MacBright

Hanouna promet de partir en cas de victoire de la gauche

« LFI au pouvoir, je pars, c’est sûr, c’est sûr et certain. » Cette menace a pris des allures de promesse pour bon nombre d’opposants à Cyril Hanouna, l’animateur de l’émission Touche pas à mon poste sur C8, proche de Vincent Bolloré, qui déroule le tapis rouge aux principaux acteurs de l’extrême droite sur son plateau depuis des années.

Source : X/Afrodite_Amour
Source : X/Afrodite_Amour
Source : X/Maitre_Eolas
Source : X/Maitre_Eolas

La baignade dans la Seine, avortée

C’était la promesse d’Anne Hidalgo. Potentiellement, Emmanuel Macron en personne devait l’accompagner. Les élus devaient se baigner dans la Seine, le 23 juin 2024, afin de prouver qu’elle était praticable pour les Jeux olympiques (spoiler : ce n’est pas le cas). Le 12 juin pourtant, la maire de Paris a annoncé que cette trempette serait reportée « après les législatives ».

Certains se sont immédiatement souvenu du faux-mouvement « chier dans la Seine » (notre consœur d’Arrêt sur Images a bien rappelé comment cette blague s’est propagée dans les médias jusqu’à ce que certains y croient vraiment).

Source : X/GwennPetrichor
Source : X/GwennPetrichor
Source : X/MarionLpz
Source : X/MarionLpz
IMG_4099

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !