Le plus important site de désinformation français, Epochtimes.fr, n’a pas un nom très connu. Il s’agit pourtant d’une énorme plateforme, très influente, faisant partie d’un gigantesque groupe médiatique, et appartenant au mystérieux mouvement du Falun Gong.

Epochtimes.fr : le nom ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit pourtant de l’un des sites les plus puissants et influents de France. C’est un rapport du site spécialisé dans la désinformation Newsguard, publié fin décembre 2022, qui nous l’apprend. Epochtimes.fr aurait généré plus de 5,6 millions d’engagements en 2022, selon Newsguard, principalement grâce à des articles trompeurs sur le covid-19. Il se classe devant d’autres sites plus connus, tels que FranceSoir ou la chaîne russe RT, preuve de sa popularité et de son rayonnement dans les sphères complotistes.

Peu de personnes savent que Epochtimes.fr n’est que la version française de The Epoch Times. Ce titre américain créé en 2000 a depuis essaimé dans plusieurs dizaines de pays et a des variantes dans 25 langues. Epochtimes.fr fait ainsi partie d’une énorme galaxie de médias, liée à la mystérieuse et discrète secte du Falun Gong, qui a utilisé la pandémie de Covid pour étendre son influence.

La page d'accueil de la version française de The Epoch Times // Source : The Epoch Times / Montage Numerama
La page d’accueil de la version française de The Epoch Times. // Source : The Epoch Times / Montage Numerama

Le Falun Gong, un étrange mouvement d’origine chinoise

Résumer le mouvement du Falun Gong est une tâche ardue. Le Falun Gong est à la base une sorte de gymnastique, variante du Qi Gong traditionnel chinois, créée en 1992 dans une ville du nord de la Chine par Li Hongzi. Il est difficile de voir au premier abord comment des amateurs de gym peuvent en venir à être au sommet d’un empire de désinformation, et même à paraitre dangereux. De fait, les débuts du Falun Gong sont inoffensifs : les adeptes de la discipline sportive déclarent se sentir en bien meilleure santé grâce aux exercices, et le Falun Gong compte, 2 ans après sa création, plusieurs millions de fidèles.

Mais, Li Hongzi rajoute ensuite à la pratique de la gymnastique des éléments plus étranges : il explique qu’il est doté de pouvoirs magiques, qu’il peut réussir à transmettre à ses élèves s’ils ont atteint un assez haut degré d’éveil et de spiritualité. Toujours selon lui, la fin de l’humanité serait proche, et des extra-terrestres auraient envahi la Terre, « apportant les ordinateurs et les avions », afin de corrompre les humains à travers la science moderne.

Un exercice de Falun Gong. Pas vraiment de quoi faire peur à première vue. // Source : YouTube / Christopher Bay
Un exercice de Falun Gong. Pas vraiment de quoi faire peur à première vue. // Source : YouTube / Christopher Bay

Le gouvernement chinois de l’époque ne voit pas d’un bon œil la popularité croissante du mouvement, et interdit la pratique du Falun Gong en 1999. Après des manifestations organisées par des adeptes contre son interdiction, le gouvernement lance une vague de répression. Enlèvements, meurtres, séances de torture, de rééducation par le travail et trafic d’organes sont reprochés aux autorités chinoises et ont été dénoncés par plusieurs déclarations de l’ONU et par des articles de journaux.

The Epoch Times serait « l’organe de presse officiel » du Falun Gong

Peu après le début de la répression, The Epoch Times est créé, en 2000, « par des Sino-Américains ne pouvant plus rester silencieux face aux violations répétées des droits de l’homme et à la mainmise du régime chinois sur l’information », particulièrement « la persécution du Falun Gong », indique epochetimes.fr, sur une page « À propos de nous » de son site.

Officiellement, aucun lien n’existe entre le mouvement et le journal. Cependant, ce dernier a été décrit comme « l’organe de presse officiel » du Falun Gong par un spécialiste du sujet, David Ownby. The Epoch Times est utilisé comme le bras médiatique du mouvement. Ses articles sont en grande partie consacrés aux atrocités commises par le gouvernement chinois, tout particulièrement contre les adeptes du Falun Gong.

Une capture d'écran de la page d'accueil de The Epoch Times // Source : The Epoch Times
Une capture d’écran de la page d’accueil de The Epoch Times. // Source : The Epoch Times

La version française, epochtimes.fr, est créée en 2004, et publie le même genre de contenu en restant globalement dans l’ombre, inconnue du grand public. Mais, ces dernières années, la ligne éditoriale du journal a dramatiquement changé. Depuis 2016, aux États-Unis, The Epoch Times s’est transformé en une impressionnante machine pro-Trump, comme le rapportait en 2020 le New York Times. En saluant les actions du président contre la Chine et le parti communiste au pouvoir, et en partageant les thèses de l’extrême droite américaine dans ses articles, The Epoch Times devient très rapidement l’un des médias américains les plus populaires sur les réseaux sociaux.

Extrême droite et thèses complotistes

En France, epochtimes.fr suit le même mouvement, diffusant dès 2016 des thèses complotistes et des idées d’extrême droite. Le site reste cependant dans un relatif anonymat, dépassé par des sites comme BreizhInfo ou Fdesouche. Tout cela change en 2020, avec la pandémie de covid.

À partir de ce moment-là, le journal appelle régulièrement la maladie le « virus du PCC » [parti communiste chinois, ndlr], partage des fake news sur l’existence du « great reset », une vaste théorie du complot, ou encore sur l’invention d’un « implant anti-covid » par le pentagone américain. En août 2021, un exemplaire papier du journal est distribué lors d’une manifestation anti-pass sanitaire. Le 20 juin 2022, epochtimes.fr publie un article de désinformation dans lequel il est expliqué que « la vaccination des enfants contre le Covid-19 est criminelle ».

Le succès du journal se voit sur les réseaux sociaux : la page Facebook « Epoch Times Paris » compte plus d’un million de likes. Chaque publication à propos du vaccin rassemble des centaines de commentaires.

The Epoch Times n’est qu’une petite partie de cet empire médiatique

The Epoch Times ne représente qu’une petite partie de l’empire médiatique construit autour du Falun Gong. En plus de ce titre de presse, il faut compter NTD, pour New Tang Dynasty, une chaine de télévision reprenant la même ligne éditoriale que The Epoch Times. En France, cette dernière est diffusée sur YouTube et sur quelques chaînes du câble, et NTD émet aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Allemagne. The Epoch Times est également présent dans les pays hispanophones, sous le nom de Tierra Pura.

Il existe de plus tout un réseau de sites d’information, chargés de rapporter les dernières informations sur la répression des membres du Falun Gong en Chine et de faire l’apologie du mouvement, comme Faluninfo, minghui, pureinsight, et clearharmony.

Enfin, Shen Yun est certainement la branche la plus connue du Falun Gong. Le spectacle de danse, dont les immenses panneaux publicitaires fleurissent régulièrement en France depuis quelques années, est une émanation du mouvement. La troupe se vante de représenter la culture chinoise que « le PCC s’efforce de détruire », et les danseurs pratiquent tous le Falun Gong, comme l’explique le site de Shen Yun.

Qui n'a jamais vu cette pub dans le métro ?  // Source : Shen Yun
Qui n’a jamais vu cette pub dans le métro ? // Source : ShenYun

Un outil géopolitique

C’est la première fois qu’epochtimes.fr apparait dans le classement Newsguard des désinformateurs français. L’importance que ce dernier a prise dans la sphère complotiste française est donc particulièrement notable. Il ne s’agit pas de n’importe quel site de désinformation : le groupe The Epoch Times est à la croisée de plusieurs enjeux géopolitiques.

La Chine ne manque ainsi pas de reprendre à son compte les articles dénonçant l’influence de ces médias. En mai 2021, la version française du Quotidien du Peuple, l’organe de presse officiel du parti communiste chinois, avait repris une enquête du Parisien sur The Epoch Times et le Falun Gong. Le Quotidien avait rajouté aux explications du Parisien que « le mouvement [Falun Gong] a procédé à une large campagne de propagande contre le gouvernement chinois », sans préciser que ce dernier avait réprimé violemment les adeptes.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !