La bataille médiatico-politique continue entre l’eurodéputé socialiste Guy Bono, auteur du désormais célèbre amendement 138 anti-riposte graduée, et l’exécutif français et européen. Déjà énervé de voir la commissaire européen Viviane Reding affirmer qu’elle demanderait le retrait de l’amendement plébiscité par 573 députés européens (elle a depuis fait demi-tour), Guy Bono s’en est pris lundi matin au président Nicolas Sarkozy, qui a formulé une demande similaire auprès de Jose-Manuel Barroso, le président de la Commission européenne.

« Consterné« , le parlementaire a rappelé à Nicolas Sarkozy que « la Présidence française de l’Union européenne est censée représenter et promouvoir les intérêts communs de l’ensemble des citoyens européens« . « Au lieu de cela, en demandant à la Commission européenne de retirer l’amendement 138 d’un coup de baguette magique, Sarkozy va une nouvelle fois à l’encontre de la démocratie« , constate Guy Bono, pour qui « piétiner à ce point la représentation populaire pour faire passer en force une loi liberticide n’est pas digne de la Présidence du pays des droits de l’Homme« .

Renouvelant sa menace de déposer à nouveau l’amendement en seconde lecture s’il était retiré, Guy Bono a haussé le ton en affirmant que « la Commission européenne n’est pas le petit chien de Sarkozy« .

« Si Sarkozy a ses habitudes de monarque en France, l’Europe n’est pas son royaume !« , condamne le parlementaire européen, qui demande lui aussi (à l’instar de la Quadrature du net) à ce que les citoyens de toute l’Europe écrivent au Président de la Commission européenne pour qu’il ne cède pas aux injonctions de Nicolas Sarkozy.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo