Jeff Bezos va quitter son poste de CEO en octobre 2021. C'est Andy Jassy, dont le nom est bien moins connu, qui va prendre sa place. Il est actuellement chef de Amazon Web Services, la division d'Amazon dédiée au cloud computing qui rapporte énormément à la multinationale.

Retenez ce nom : Andy Jassy va, à la fin de l’année 2021, prendre le poste de Jeff Bezos et devenir CEO de l’entreprise Amazon, l’un des géants tech les plus puissants au monde. C’est le DG actuel, Jeff Bezos, qui l’a annoncé dans une lettre à ses employés, rendue publique sur le blog officiel d’Amazon le 3 février.

«  Andy est reconnu en interne, et il fait partie d’Amazon depuis presque aussi longtemps que moi », a souligné l’actuel CEO, qui ne cédera pas sa place avant le troisième trimestre fiscal de 2021, soit aux alentours du mois d’octobre. «  Il sera un leader fantastique, et j’ai une entière confiance en lui », a-t-il assuré.

Jeff Bezos a décidé de se donner plus de temps pour se consacrer à des activités plus périphériques, comme les nombreux fonds qu’il a montés ces dernières années, ainsi que le Washington Post, puissant média qu’il a racheté en 2013.

Qui est Andy Jassy ?

Andy (Andrew) Jassy n’a que quatre ans de moins de Jeff Bezos : à 53 ans, il est l’actuel CEO de Amazon Web Services, qui est la division de la multinationale spécialisée dans les offres de cloud computing à la demande. Très sommairement, Amazon Web Services dispose d’une immense quantité de de serveurs et fournit des services à d’autres entreprises, comme notamment le stockage ou des forces de calcul. C’est une activité qui rapporte désormais plus à Amazon que la vente en ligne.

Amazon Web Services a été lancé par Andy Jassy lui-même, en 2003. Il a toujours eu confiance en l’immense potentiel du projet : interrogé en 2012 par le Figaro, il assurait que « compte tenu de la croissance de notre activité dans le cloud, le chiffre d’affaires d’Amazon Web Services pourra, à terme, être aussi important que le métier de distributeur du groupe. » Il avait vu juste.

24 ans au sein d’Amazon

Andy Jassy a rejoint Amazon en 1997, l’année de l’introduction en bourse au NASDAQ de l’entreprise lancée trois ans plus tôt par Jeff Bezos. À l’époque, l’entreprise était surtout une plateforme censée permettre l’achat et la vente de livres.

Pendant longtemps, Jassy a été considéré comme « l’ombre » derrière Bezos, à la frontière entre « l’assistant technique et le chef de cabinet », décrit le Financial Times dans un portrait de 2016. Il faut dire qu’il a quasiment effectué toute sa carrière à Amazon, juste après un passage exprès à MBI, une entreprise spécialisée dans les objets de collection (bijoux, livres). « On essaie de construire un business qui durera plus longtemps que nous », aime-t-il citer à nos confrères britanniques.

« C’était une sorte de ‘jumelage’ », explique-t-il à CNR en 2015. «  Cela revenait vraiment à être l’ombre de Jeff — je participais à tous les rendez-vous, même ceux avec une seule personne (…) C’était extrêmement précieux de voir comment Jeff travaillait au quotidien (…) Jeff est un leader très marginal, qui est incroyablement talentueux, et j’ai appris énormément de choses pendant ces 18 mois. »

Andy Jassy // Source : Wikipedia/Steve Jurvetson

Représentant de la « culture d’Amazon »

Ce New-Yorkais fan de sports n’est donc pas un développeur ou un ingénieur, il était « chargé de projet » à MBI et c’est en chargé de marketing qu’il est entré à Amazon. Depuis, il est devenu l’un des plus grands porte-étendards de la culture Amazon, qui valorisent les « constructeurs ». «  Vous devez embaucher des gens qui aiment construire », déclarait-il en février 2020 dans une interview organisée par la banque Goldman Sachs, « ce sont des gens qui aiment inventer, qui savent admettre quand quelque chose ne va pas en terme d’expérience pour le consommateur et savent se réinventer. »

Toujours auprès de CNR en 2015, il ne boudait pas le succès de son bébé Amazon Web Services (AWS), conscient que « peu de gens auraient pu anticiper que AWS serait pionnier et leader dans les infrastructures technologiques ».

« Beaucoup d’entreprises sont capables de remplir des tableaux entiers d’idées et de possibilités. Mais là où le bât blesse, c’est quand il faut exécuter ces idées, d’une manière qui fera plaisir aux clients et qui leur parlera, puis de continue à faire évoluer cette promesse », confiait-il, dans un langage que l’on pourrait considérer, de notre côté de l’Atlantique, comme très « start-up nation ».

« Continuer d’écouter les consommateurs ».

Passionné par la «  relation avec le client », il considère que les décisions d’Amazon doivent systématiquement être prises dans le meilleur intérêt des consommateurs — à CNR, il prend pour exemple le jour où la plateforme de e-commerce a décidé d’ouvrir ses services à des vendeurs tiers, et non plus d’être la seule à revendre les produits. En 2020, il mentionne aussi qu’il ne faut jamais «  s’arrêter au lancement » d’un projet ou produit, et qu’il faut « itérer en permanence et continuer d’écouter les consommateurs ».

Très impliqué, travailleur et perfectionniste, le patron actuel d’Amazon Web Services a donc encore quelques mois pour apprendre de Jeff Bezos avant de le remplacer à la fin de l’année 2021. S’il est certain que Jassy bénéficiera d’un salaire encore plus confortable une fois devenu CEO, il serait difficile de le décrire actuellement comme une personne « dans le besoin » : en novembre 2020, sa fortune a été estimée à 394 millions de dollars, notamment grâce aux actions Amazon dont il dispose.

Partager sur les réseaux sociaux