GOG.com, alternative bien connue à Steam, annonce l'arrêt des prix équitables, un programme devenu insoutenable économiquement.

Face à l’hégémonique Steam, les plateformes alternatives de jeux vidéo ont dû trouver des arguments à faire valoir pour se démarquer.

C’est le cas de GOG.com.

Dès le début, le service de distribution et de vente mis en place par le studio polonais CD Projekt a fait le choix d’une politique très favorable au client. Refus des DRM (ces moyens techniques de régulation qui restreignent certains usages numériques), contenu bonus offert en cas d’achat sur la plateforme ou encore mise en place d’un prix équitable entre les pays.

GOG com
La page d’accueil de GOG.com.

Mais encore faut-il que ces arguments soient soutenables. Or, il s’avère que l’un d’eux ne l’est plus pour GOG.com. Dans une annonce parue le 26 février, la plateforme déclare la fin prochaine de la politique du prix équitable. Elle s’éteindra précisément le 31 mars 2019. Autrement dit, les éventuels clients intéressés n’ont plus qu’un mois pour en profiter : au-delà, une politique tarifaire standard sera appliquée.

Initialement, GOG.com souhaitait avec ce programme « compenser les différences de prix entre les différents pays ». Dans le cas où les jeux vidéo étaient vendus plus cher qu’aux États-Unis, le service rendait la différence sous la forme de crédits dans le porte-monnaie associé à chaque compte client. « En moyenne, nous rendons 12 % du prix des jeux aux acheteurs mais cela peut monter jusqu’à 37 %. Nous payons cette différence de notre poche », écrit GOG.com.

GOG.com appartient à CD Projekt, à qui l’on doit l’excellent The Witcher 3 : Wild Hund. // Source : CD Projekt

Difficultés financières

Mais ce cadeau aux clients n’est plus tenable pour une entreprise qui a dû licencier une douzaine d’employés en février — ce qui équivaudrait environ à 10 % de l’ensemble du personnel de GOG.com. « Dans le passé, nous étions capables de couvrir financièrement cette différence de prix en piochant dans notre marge, tout en maintenant un mince profit. Malheureusement, ce n’est plus le cas », poursuit GOG.com.

Si cette décision décevra sans doute une partie de la clientèle de la plateforme, celle-ci a mis en avant deux bénéfices que la disparition de ce programme produira.

D’abord, cela va permettre à GOG.com de se remplumer quelque peu, en dégageant plus de profit. En clair, cela va aider à GOG.com à traverser cette mauvaise passe et éloigner le spectre d’une très hypothétique fermeture.

Ensuite, GOG.com suggère que cela sera bénéfique aussi pour les personnes développant des jeux vidéo. « Nous serons à même d’offrir de meilleures conditions aux créateurs de jeux, ce qui nous permettra de faire grossir notre catalogue de jeux classiques et de jeux modernes », écrit la plateforme, en évoquant une hausse de la part versée à celles et ceux qui développent des titres.

Partager sur les réseaux sociaux