Airbus a annoncé la fin de production de l'A380, son avion phare, qui fera ses adieux en 2021. Une décision qui pourrait mener à des gros changements d'effectifs.

Airbus a annoncé ce jeudi 14 février que plus aucun A380 ne sera produit à l’avenir et que la dernière livraison de l’avion se fera en 2021. Comme le confirme l’AFP, cette décision est la conséquence directe de l’annulation d’une commande de 39 A380 par la compagnie Amirates. Tom Enders, le président exécutif de la firme, explique que « notre carnet de commande n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d’autres compagnies ces dernières années  ».

L’Airbus A380 s’envole vers d’autres cieux. // Source : Airbus

La survie de l’avion de ligne dépendait entièrement de la compagnie aérienne de Dubaï, elle qui en possède la majorité. 108 A380 font actuellement partie de la flotte d’Emirates, sans compter les 14 appareils qu’Airbus doit encore livrer d’ici 2021. En un peu plus de onze années de service, l’avion long-courrier était devenu le visage des deux firmes.

Il devrait continuer à l’être pendant un temps, puisqu’il restera en service encore quelques années, mais il finira par être complètement remplacé par des avions dotés de nouvelles technologies. Une fin de vie similaire au concurrent de toujours : le Boeing 747 qui est peu à peu mis dans l’ombre du prochain 777X, plus moderne.

Les conséquences d’un changement important

Mettre un terme à la production d’un appareil aussi important que l’A380 a forcément des conséquences allant au-delà des ventes. Selon Airbus, « 3 000 à 3 500 postes sont susceptibles d’être affectés par cette décision sur les trois prochaines années ». Des chiffres importants, bien que la société se veuille rassurante concernant l’avenir des employés en question. Si plus aucun A380 ne sortira des usines, Emirates a passé commande pour 40 A330neo et 30 A350. La compagnie française a donc bon espoir que « la nouvelle commande de gros porteurs d’Emirates offre de nombreuses possibilités de mobilité internes ».

Il n’y a aucune certitude qu’Airbus permettra à plus de 3 000 de ses salariés de garder un poste, mais la compagnie en a les moyens. La fin de vie de l’A380 ne reflète en effet pas l’état de santé du constructeur aéronautique, bien au contraire. Les résultats financiers de l’année 2018 indiquent les bénéfices de la compagnie atteignent les 3 milliards d’euros, soit une amélioration de 29 % par rapport à l’année précédente. Pas d’A380, pas de problème.

Partager sur les réseaux sociaux