Alphabet, la société mère de Google, a publié ses résultats pour le premier trimestre 2018. Si la firme de Mountain View se porte toujours bien, les « autres paris » du géant du web lui coûtent moins d'argent.

Les « autres paris » de Google sont encore de loin de donner une pleine satisfaction sur le plan financier. Cependant, force est de constater que la situation s’améliore avec le temps : au premier trimestre 2018, la société mère de Google, Alphabet, a fait reculer les pertes de ces « paris », qui regroupent les activités annexes de la firme de Mountain View, de 132 millions de dollars en l’espace d’un an.

Au 31 mars 2018, ces autres paris ont coûté au géant du web 571 millions de dollars, contre 703 millions au 31 mars 2017. Cela représente certes encore plus d’un demi-milliard de dollars de pertes, mais le chemin parcouru par Google pour redresser ses comptes — quitte parfois à suspendre ou revoir certains projets, comme dans la fibre optique –est notable.

Catégorie fourre-tout

Catégorie fourre-tout, les autres paris regroupent des programmes parfois très éloignés les uns des autres, ce qui ne permet d’ailleurs pas de connaître ce que coûte exactement (ou rapporte) chaque initiative à Google. Il y a ainsi des projets relatifs à la biologie comme Calico et Verily, Google Fiber pour le très haut débit, DeepMind pour l’intelligence artificielle ou encore Waymo pour la conduite autonome.

En somme, ces paris regroupent tout ce qui est issu des laboratoires de Google et qui n’est pas directement lié au web. Ensemble, ils représentent un poids dérisoire dans le chiffre d’affaires d’Alphabet, celui-ci étant avant tout généré par la publicité venant des services en ligne de la firme de Mountain View (recherche, Gmail, YouTube, AdSense, Drive, Android, Chrome, Maps, Play…).

Il est toutefois à noter que Google a intégré à sa division matérielle Nest, qui est sa branche dédiée aux thermostats connectés ; l’entreprise a été achetée par le géant du net en 2014 pour 3,2 milliards de dollars. Cette intégration a nécessité une petite opération comptable pour refléter le changement de catégorie de Nest, qui était auparavant rattaché aux autres paris de Google.

Toujours sur le trimestre, Google a par ailleurs enregistré plus de 9,4 milliards de dollars de profits, pour un chiffre d’affaires de 31,1 milliards de dollars dans un contexte où le coût d’acquisition du trafic, qui représente ce que Google verse à ses partenaires sous forme de commissions pour être par exemple le moteur de recherche par défaut, augmente, et où les recrutements, le marketing et l’administratif sont en hausse.

Partager sur les réseaux sociaux