Dontnod Entertainment, passé tout proche de la banqueroute en 2014, a de nouveau le sourire. Le studio parisien s'apprête effectivement à entrer en bourse.

En 2014, Oskar Guilberg, président de Dontnod Entertainment, expliquait à GamesIndustry que sa société n’était pas en faillite, mais en «  redressement judiciaire ». À l’époque, on craignait quand même le pire pour le studio basé à Paris après l’échec commercial de Remember Me. Aujourd’hui, les choses vont beaucoup mieux pour la structure française à l’origine du succès ébouriffant Life is Strange, développé en compagnie du géant Square Enix et ayant touché trois millions de joueurs. Ainsi, Dontnod Entertainment s’apprête à faire son entrée en bourse. Il a déposé son dossier auprès de l’AMF en vue d’une introduction sur le marché Euronext Growth. 

Dontnod veut grandir

Cette décision de Dontnod de franchir le cap relève d’une stratégie reposant sur un besoin de s’émanciper un peu, mais pas totalement. « Nous souhaitons faire cette introduction en Bourse pour continuer à nous développer, pour poursuivre sur notre lancée et, en partie, avoir des sorties plus fréquentes, être capable de faire de la coproduction maîtrisée avec un modèle mixte », explique Oskar Guilberg chez BFM Business. Si Dontnod souhaite continuer à travailler avec des gros éditeurs et bénéficier d’un financement intégral de certains projets, il souhaite accroître son bénéfice en investissant lui aussi malgré les risques que cela comporte. « Nous voulons atteindre un équilibre intelligent entre les deux modèles  », justifie-t-il pour le futur du studio, bientôt ouvert à des investissements externes.

Très installé dans le paysage vidéoludique et ayant travaillé avec des géants (Square Enix, Capcom, Bandai Namco et Focus Home Interactive), Dontnod, qui se décrit comme « ouvert à l’international  », a enregistré une croissance de 33 % en 2017. Il a dégagé un bénéfice de 2,1 millions d’euros d’après un chiffre d’affaires de 9,7 millions d’euros. Autant dire que tous les voyants sont au vert pour la firme parisienne. 

Partager sur les réseaux sociaux