Google News se refait une beauté. Lancé en 2002, le service d'agrégation d'informations de Mountain View change de design pour devenir plus lisible et s'adapter aux centres d'intérêts de l'utilisateur. Il mentionne aussi les articles approuvés par son outil de fact-checking.

En 2018, Google aura 20 ans. Forcément, depuis ses débuts, l’entreprise a connu quelques changements. Elle vient, par exemple, de reléguer définitivement Google Talk au passé, en faisant basculer automatiquement les derniers utilisateurs du service sur Hangouts. A contrario, la firme annonce régulièrement des nouveautés, mettant au goût du jour le design de certains de ses outils.

C’est le cas de Google News, qui vient de dévoiler aujourd’hui un design flambant neuf pour son service, permettant depuis déjà 15 ans de lire les nouvelles du monde entier. À présent, Google News est organisée en trois sections situées au milieu de la page d’accueil, davantage épurée : une liste avec les informations principales, une liste locale et une section à personnaliser en fonction de vos centres d’intérêts.

Une organisation en blocs

Avec ce nouveau design, Google espère sans doute rester compétitif face à l’application News développée par Apple ou les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, qui misent beaucoup sur la diffusion de l’information via leurs plateformes.

Google

La nouvelle interface de Google News repose maintenant sur une organisation qui peut être comparée à des cartes ou des cases, où chacune contient ses propres informations, positionnées à des endroits précis (la source de l’article, son titre, sa date de publication).

Une case Fact Check pour lutter contre la désinformation

Google entend également lutter contre la désinformation en ajoutant une case Fact Check dans laquelle vous pourrez consulter les articles que l’entreprise a vérifié. En avril 2017, le moteur de recherche avait déjà étendu son label de fact-checking à son moteur de recherche.

La mise à jour du service sera effective dans les jours à venir, précise Google dans une publication, espérant permettre à ses utilisateurs d’accéder « à un journalisme de qualité, renforcé par des éclairages significatifs et une couverture globale. »

Partager sur les réseaux sociaux