Sonos ajoute la Playbase à sa gamme d'enceintes connectées. Cette nouvelle pièce a été pensée pour une utilisation multimédia et doit trôner au milieu d'un salon.

Sonos lève aujourd’hui le voile sur sa dernière création en date, qui s’ajoute à sa large gamme d’enceintes connectées : la Playbase. Cette fois, il ne s’agit pas d’une pièce à ajouter dans un set de petites enceintes, mais bien d’une pièce centrale d’une installation home cinema. La Playbase de Sonos est en effet ce qu’on pourrait appeler une barre de son, à un détail près : il ne s’agit pas d’une barre, mais d’un monolithe horizontal qui a été conçu pour être posé sous un téléviseur.

L’engin est en effet suffisamment profond et résistant pour accueillir un écran jusqu’à 35 kilos sur lui et suffisamment fin (5,8 cm) pour se laisser encadrer par les pieds des écrans qui n’ont pas de socle central. Côté design, Sonos propose la Playbase en blanc et en noir. Toute l’idée, nous dit-on, était de faire en sorte que l’engin se fonde complètement dans la décoration d’un salon. En d’autres termes, qu’on ne voit pas qu’il existe.

Côté sonorisation, on peut compter sur 10 haut parleurs (6 médiums, 3 tweeters et 1 woofer) pour restituer un spectre sonore plutôt complet. La Playbase peut d’ailleurs se configurer par rapport à la pièce dans laquelle vous la mettez pour jouer avec les murs et les résonances de la pièce afin de vous donner le meilleure d’elle-même. Comme toutes les enceintes Sonos, elle se contrôle avec l’application pas super ergonomique du constructeur qui s’interface avec vos services de streaming préférés. Engin pensé pour multimédia, la Playbase peut également recevoir le son d’un téléviseur mais n’a pas de port HDMI… les branchements audio se font par un unique pour optique à l’arrière, ce qui peut être léger selon votre configuration.

À l’écoute, qu’est-ce que cela donne ? Il faut reconnaître que, seule et bien configurée, la Playbase est une bonne enceinte centrale pour celles et ceux qui ne souhaitent pas se prendre la tête avec une configuration plus complexe, impliquant des amplificateurs et un set d’enceintes individuelles. C’est toute la plu-value annoncée de Sonos, au-delà de l’audio : la configuration est simple, les systèmes sont centralisés et toutes les enceintes Sonos peuvent travailler ensemble.

Nous avons d’ailleurs pu tester rapidement la Playbase avec un subwoofer Sonos et c’est quand cet engin qui gère les basses s’associe à l’enceinte centrale qu’elle délivre tout son potentiel. En effet, quand les basses sont jouées par la Playbase, elles ont tendance à étouffer un brin le mix global. Quand elles sont déportées à l’extérieur et que les médiums et les aigus s’expriment, le son est vraiment sublimé. Cette configuration idéale se paiera le prix fort : le Sub coûte 769 € et la Playbase est commercialisée 799 €. Pour un son vraiment spatialisé, il faudra ajouter à l’ensemble jusqu’à 3 Play 1, qui coûtent, chacun, 229 €.

Ce n’est pas délirant pour un amateur de bon son, mais c’est peut-être un poil élevé pour une configuration, certes simple à disposer, mais qui manque cruellement d’entrées pour la rendre interopérable avec du matériel plus classique. Même le Play Connect, censé pallier l’absence de connectique sur les produits Sonos, est peu généreux en termes d’entrée et coûte 399 € dans sa version sans pré-amplificateur.

La Play Base sera disponible le 4 avril et est en précommande dès maintenant sur le site de Sonos.

Partager sur les réseaux sociaux