Les développeurs de Google DeepMind ont intégré deux intelligences artificielles (IA) dans des jeux vidéo afin de mieux comprendre leur comportement. lls ont été surpris par les capacités d'adaptation de ces IA tour à tour rivales et alliées.

Que se passerait-il si l’on intégrait deux intelligences artificielles (IA) dans un même jeu vidéo ? Coopéreraient-elles ou pas ? C’est ce que DeepMind , la branche de Google dédiée aux IA, a voulu vérifier en les confrontant à des défis complexes.

Les développeurs ont mis à contribution deux types de jeux vidéo différents à contribution : l’un plus axé sur la compétition, l’autre sur la coopération. Le premier, nommé « Gathering », consiste à ramasser des pommes pour gagner des points. Les IA sont munies d’un pistolet laser qui peut être utilisé pour mettre l’adversaire KO pendant un certain temps.

Les chercheurs ont constaté que lorsque le nombre de pommes commençait à diminuer, les IA devenaient plus agressives. À l’inverse, si les pommes étaient disponibles en grande quantité, les deux IA toléraient la présence de l’autre. Enfin, en opposant une intelligence artificielle plus intelligente (dotée de réseaux neuronaux) face à une « cousine » moins performante, la plus forte se montrait agressive dans la plupart des cas…

Une capacité d’adaptation prometteuse

Dans le deuxième jeu, « Wolfpack » (« meute de loups » en anglais), les deux joueurs devaient chasser une proie et la capturer. Cependant, les deux pouvaient aussi coopérer pour obtenir mutuellement des points. Ainsi, les IA avaient tendance à collaborer dans ce genre de situation.

Ainsi, les IA de DeepMind ont montré une capacité d’adaptation surprenantes, car elles changeaient leur comportement selon les contextes. Cela permet aux développeurs de conclure : « Nous serons capables de mieux comprendre et de contrôler les systèmes multi-agents complexes, comme par exemple l’économie, la circulation urbaine, ou la santé écologique de notre planète — des aspects qui dépendent de notre coopération constante. »

À lire sur Numerama : L’IA Libratus met K.O. quatre champions du monde de poker en vingt jours

Partager sur les réseaux sociaux