Une nouvelle étude prouve que les compteurs Linky n'émettent pas plus d'ondes électromagnétiques que le chargeur d'un téléphone portable ou une télévision.

D’ici à 2021, la loi du 17 août 2015 prévoit que des compteurs « intelligents », capables de transmettre des données de consommation en temps réel aux fournisseurs d’énergie, soient installés dans tous les foyers français. Le compteur Linky, déployé par ERDF pour suivre la consommation d’électricité des foyers, a été de nombreuses fois pointé du doigt par des individus, des associations et des communes. En effet, il avait été imaginé que le champ électromagnétique du compteur Linky pouvait engendrer des problèmes de santé.

Cette crainte aurait déjà dû être levée après les premières expertises réalisées sur les compteurs. Mais cela n’a pas suffi et la polémique n’a cessé de gonfler, entrant dans le champ très large de « la peur des ondes ». D’autant que la justice française a dans un premier temps reconnu l’électrosensibilité comme un handicap et plus récemment, autorisé une personne électrosensible à se débarrasser de son compteur d’eau intelligent.

Et pourtant, les nouvelles conclusions de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) montrent que le compteur Linky n’est pas dangereux. 

un-compteur-linky

En effet, après de nombreuses mesures sur les émissions électromagnétiques des compteurs Linky, l’agence a estimé qu’il y avait «  une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme ». À vrai dire, cette faible probabilité existe déjà dans tous les foyers modernes, dans la mesure où les compteurs Linky n’émettent pas plus d’onde que «  la télévision, un chargeur d’ordinateur portable ou une table de cuisson à induction…  ». Contrairement à ces objets qui paraissent « reliés » au sol, uniquement propulsés par l’électricité, les compteurs Linky utilisent une connexion à Internet par communication CPL qui semble bien plus abstraite et donc, à tort, bien plus dangereuse.

Si le Linky n’est donc effectivement pas dangereux, l’ANSES recommande tout de même aux fournisseurs de ces technologies de faire preuve de pédagogie en donnant des informations claires aux personnes qui pourraient être réticentes à l’installation de ces engins pour des questions sanitaires. D’après elle, il faut absolument que les opérateurs de «  ces nouvelles technologies [puissent] fournir une information claire et facilement compréhensible aux usagers quant à leurs modalités de fonctionnement ».

Rappelons finalement que les angoisses sanitaires infondées autour du Linky cachent malheureusement deux problèmes fondamentaux. Le premier est scientifique : il persuade la plupart des électrosensibles que leur mal est physique alors qu’il est en réalité, bien souvent psychologique — comme la décision de justice de 2015 le laissait supposer. Elle reconnaissait effectivement des symptômes liées à l’électrosensibilité, mais nullement leur cause. Ce qui, dans les faits, reste un handicap bien réel et qui doit être compris en-dehors de toute croyance pour être correctement soigné.

Ce n’est pas le cas de la décision récente qui a autorisé une personne à se débarrasser de son compteur d’eau intelligent pour des prétextes sanitaires, qui tend à légitimer le fait que l’objet cause bel et bien un mal physique (ce qui est faux).

Le Linky n’est pas dangereux pour la santé

Le deuxième problème touche la vie privée. Comme l’avait montré CanardPC dans une excellente étude sur le Linky (accès libre, PDF), sa prétendue dangerosité sanitaire est l’arbre qui cache la forêt : s’il n’est pas dangereux pour vous, le compteur reste tout de même un mouchard pour ERDF qui peut extrapoler vos habitudes avec ses relevés. L’enquête de nos confrères montrait qu’avec ces relevés précis et quotidiens, ERDF pouvait savoir l’heure de votre coucher, combien de personnes occupaient votre foyer mais aussi connaître la qualité de votre isolation thermique. Des informations précieuses, par exemple, pour un assureur qui pourrait vouloir les acheter.

 

Partager sur les réseaux sociaux