Raheem, c'est le nom d'un bot Facebook Messenger qui permet aux citoyens américains de répondre à une série de questions après leur rencontre avec la police. Pour éviter tout excès, notamment contre les minorités.

Comment s’assurer que la police américaine ne se livre pas à des excès pendant ses diverses interventions ? Brandon Anderson pense avoir trouvé la solution grâce à son bot Facebook Messenger, prénommé Raheem.

Après une rencontre avec les forces de l’ordre, tout citoyen peut contacter Raheem pour répondre à une série de questions posées de manière naturelle sur différents points : l’âge du policier, la nature de cette rencontre,  son ressenti personnel, le degré de violence ou d’intimidation exercé par le policier…

Raheem est censé combler un manque laissé par le gouvernement américain

Le but affiché du projet est d’établir une cartographie numérique des comportements de la police américaine. Brandon Anderson espère ainsi combler un manque laissé par le gouvernement, auquel il reproche son inaction.

8b4v5xe7nstdrouusf4ecqfuxqge4vxg72eipa2qg25g6vmbmgzlk4anpb7gpi2o
Source : Raheem

Cet outil pourrait en effet permettre de suivre de manière transparente et efficace les mauvais traitements subis par les minorités ethniques américaines, en compilant un nombre de données de plus en plus important au fil des prises de contact citoyennes avec Raheem.

Le premier objectif de Raheem reste de rétablir un rapport de confiance et de sécurité entre les citoyens et les forces de l’ordre. Anderson reconnaît que les sentiments des utilisateurs s’avèrent cruciaux, d’où l’importance de confier leur ressenti personnel à Raheem après l’avoir appelé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés