Vous n'avez toujours pas la fibre et vous désespérez de voir le très haut débit arriver chez vous ? Alors que la France doit assurer du 30 Mbps pour tous d'ici 2022, la Commission européenne demande désormais du 100 Mbps d'ici 2025.

En présentant mercredi sa proposition de code européen des communications électroniques, qui prévoit notamment d’encadrer les messageries électroniques, la Commission européenne en a profité pour fixer de nouveaux objectifs aux états membres et aux opérateurs télécoms, en matière de couverture du territoire en très haut débit.

D’ici 2025, « tous les foyers européens, ruraux ou urbains, devraient avoir accès à une connexion offrant une vitesse de téléchargement d’au moins 100 Mb/s pouvant être convertie en une connexion gigabit  », écrit la Commission. Même si elle se garde d’utiliser le terme, par neutralité technologique, on comprend bien qu’il s’agit de déployer la fibre optique partout, d’ici les huit prochaines années, pour assurer le passage à 1 Gpbs minimum avec le même matériel.

1 Gps pour les entreprises, écoles, hôpitaux…

Certaines zones et établissements prioritaires bénéficieront d’objectifs plus ambitieux. « Tous les principaux moteurs socio-économiques, écoles, universités, centres de recherche, plateformes de transport, prestataires de services publics tels que les hôpitaux et les administrations publiques, ainsi que les entreprises qui dépendent des technologies numériques, devraient pouvoir disposer de connexions gigabit à très haut débit (permettant aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir un gigabit de données par seconde) », demande ainsi la Commission européenne, qui estime que 500 milliards d’euros d’investissement seront nécessaires à l’ensemble de ses objectifs de connectivité. Elle prévient qu’ils devront « largement provenir de sources privées ».

Jusqu’à présent, la Commission estimait que le « très haut débit » commençait à 30 Mbps, ce qui est le seuil repris par la France dans son plan France THD. Celui-ci prévoit que 50 % des foyers soit éligibles au très haut débit d’ici fin 2017 (ce qui serait déjà acquis), et que l’ensemble de la population soit couvert en 2022 (ce qui sera beaucoup plus dur, puisqu’il s’agit désormais d’aller équiper les campagnes et leurs millions de foyers beaucoup plus dispersés qu’en zones urbaines).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés