Valve dévoile les différentes étapes par lesquelles ses ingénieurs sont passés pour mettre au point le casque de réalité virtuelle HTC Vive, qui fait référence actuellement dans les casques VR.

Même si le HTC Vive porte la marque « HTC », le plus gros du travail de recherche et de développement a en réalité été réalisé par Valve, pour les besoins de sa plateforme SteamVR. Le fabricant taïwanais s’est contenté pour l’essentiel d’aider à créer un design final, et à le fabriquer à grande échelle pour qu’il puisse être distribué partout dans le monde.

Il est rare qu’un laboratoire de R&D ouvre ses portes et dévoile ses secrets de fabrication avec autant de transparence, mais Valve a accueilli le magazine MAKE, pour présenter toutes les étapes qui ont permis d’aboutir au casque VR le plus perfectionné du moment, qui est aussi le plus cher (899 euros).

La vidéo montre ainsi beaucoup des circuits électroniques conçus de bric et de broc par l’équipe de hackers de Valve, en consacrant une large part à l’élaboration du système très précis de captation des mouvements mis au point par l’entreprise. Valve a imaginé et testé plusieurs solutions différentes avant de s’arrêter sur un système de lumières infra-rouge émises par deux boîtiers distants, avec 37 capteurs répartis sur le casque qui permettent de calculer la distance exacte entre chaque capteur et les deux boîtiers.

Au cours de ce reportage, les équipes de Valve précisent qu’aucun firmware embarqué dans le HTC Vive n’est chiffré, et qu’il est même relativement facile de le mettre à jour avec un autre firmware maison. L’entreprise veut encourager les hackers à améliorer eux-mêmes le casque, qui dispose aussi d’un port USB pour brancher d’autres accessoires.

Le capteur infra-rouge inventé par Valve, dans ses différentes phases jusqu'à sa miniaturisation définitive.
Le capteur infra-rouge inventé par Valve, dans ses différentes phases jusqu’à sa miniaturisation définitive.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos