Lancé sur Kickstarter où il connaît un succès immédiat, le Wynd est un purificateur d'air connecté qui n'envoie l'air purifié qu'en direction de son utilisateur.

La pollution aidant, les purificateurs d’air commencent à intéresser les entreprises hi-tech qui y voient un nouveau marché à investir. Après Dyson qui avait présenté son purificateur d’air connecté, c’est la startup Wynd Technologies qui présente cette semaine sur Kickstarter son purificateur, qui dépasse déjà très largement ses objectifs de financement. Le projet dépassait jeudi soir les 170 000 dollars de fonds levés auprès des internautes, alors qu’il en demandait 50 000 et qu’il reste encore plus d’un mois de campagne.

wynd

Le Wynd a pour originalité d’être un purificateur d’air personnel, orientable vers son propriétaire, qui pulse de l’air purifié après son passage dans les systèmes de filtration. Il est relativement petit et donc transportable, et offre jusqu’à 8 heures d’autonomie entre chaque charge. Il promet de filtrer jusqu’à 50 % des particules fines et 70 % des particules grossières.

L’appareil dispose également d’un capteur de pollution détachable, que l’utilisateur peut clipser n’importe où pour l’emporter avec lui, et recevoir des alertes sur son smartphone ou sa montre connectée. L’application affiche de nombreuses données sur la qualité de l’air, et permet d’obtenir des statistiques géolocalisées sur les mesures effectuées par d’autres utilisateurs à travers la ville et à travers le monde — ce qui sera peut-être plus efficace que d’utiliser des pigeons connectés.

L’appareil est vendu en précommande à 139 dollars au lieu de 189 dollars, pour une livraison prévue à partir de novembre 2016.

purifier

 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos