Le plus important réseau de rencontres vient d'annoncer sa décision ferme : désormais, les mineurs ne seront plus acceptés et ne pourront plus utiliser l'application Tinder.

Jusqu’à présent, le plus grand service de rencontres du monde Tinder était ouvert aux mineurs dès l’âge de 13 ans. Mais cette semaine, pour redorer son blason et éviter d’éventuels scandales, l’application change ses règles radicalement. Elle devient interdite pour les moins de 18 ans.

Ainsi, Rosette Pambakian responsable de la communication de Tinder, annonce : « Sur une plateforme qui a facilité plus de 11 milliards de connexions entre des individus, nous devons être responsables et constamment évaluer les différentes expériences utilisateurs que nous permettons. Et en adéquation avec ce sens de notre propre responsabilité, nous avons décidé d’arrêter nos services pour les moins de 18 ans. Nous pensons que c’est la meilleure logique pour avancer. Le changement prendra effet la semaine prochaine. »

Il faut tout de même noter que depuis le lancement de l’application en 2012, les 13-17 ans n’étaient pas mis en relation avec les utilisateurs majeurs. Tinder réservait une sorte de room pour ses utilisateurs mineurs afin d’offrir un minimum de protection aux jeunes utilisateurs du service de rencontres. Mais ce fonctionnement qui n’interdisait pas à des adultes de se faire passer pour des ados va prendre fin très rapidement, et bientôt les moins de 18 ans n’auront plus aucun accès au réseau.

Pourquoi cette décision ?

Tinder estime qu’en arrêtant ses services pour les mineurs, le réseau perdra plus de 3 % de sa base d’utilisateurs globale, mais la plateforme est souvent accusée des dérives de ses utilisateurs, et l’entreprise ne pouvait plus ne pas prendre de précautions. Son service, qui reste fortement associée aux rencontres à visées sexuelles, ne pouvait pas décemment rester ouverte aux enfants, quand bien même resteraient-ils officiellement entre eux.

Toutefois, même si l’application vérifie systématiquement l’âge de ses utilisateurs en reposant sur la déclaration faite dans un compte Facebook associé, la possibilité de mentir au système et de continuer d’utiliser Tinder sous une fausse identité reste inéluctablement possible. Mais avec l’arrêt des comptes utilisateurs des mineurs dans moins d’une semaine, l’entreprise prend une décision franche et ferme, qui devrait avoir un effet pour la grande partie de ses utilisateurs de moins de 18 ans, qui la respecteront.

Pour Tinder il s’agit donc autant de communication, en se montrant sous le jour d’une startup qui prouve son sérieux et sa durabilité, qu’un moyen radical de s’éviter tout scandale et procédures judiciaires. Mieux vaut prévenir que subir.

Rappelons qu’en France, il est interdit de collecter des données personnelles sur des enfants de moins de 13 ans, et que l’Union Européenne permet à ses états membres d’élever cette restriction jusqu’à 16 ans.

À lire sur Numerama : Tinder, Happn, Once….   : notre guide ultime des applis de rencontre

Swypez désormais, seulement entre adultes consentants  bien sûr.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés