Connecter votre salon sans avoir à changer tout votre matériel : voilà la promesse de la startup iothinks qui vient de lancer un Kickstarter pour son hub connecté versatile et ouvert.

La domotique passe souvent par un faut tout racheter désagréable pour le porte-monnaie. Et quand vous avez, au hasard, un système audio ou un éclairage qui vous convient très bien, parfois haut de gamme, c’est un peu bête de repasser à la caisse pour quelque chose de moins performant simplement pour gagner en confort. Et c’est pile dans ce créneau que la startup iothinks s’insère : Timothy L’huillier et Benjamin Robitaillie, deux étudiants ingénieurs du nord de la France qui partagent une passion pour l’entreprenariat que leur école leur laisse exploiter se sont lancé le défi d’apporter de la connexion pour ne pas dire de l’intelligence à votre installation Hi-Fi. Et pour le coup, leur système est vraiment smart.

L’idée d’iothinks repose sur un petit boîtier côté matériel, une application et un logiciel côté logiciel. Le boîtier est l’équivalent d’un ChromeCast côté fonctionnement : il sert uniquement à connecter physiquement les objets ensembles et à recevoir des informations envoyées par un smartphone ou un ordinateur. Et iothinks s’est d’abord spécialisé dans la musique et la gestion des sons. Si vous entrez chez vous à 18h tous les soirs, le système pourra apprendre ce comportement et lancer votre playlist soirée avant même que vous ayez franchi la porte. Compatible entre autres avec Spotify, Deezer, Soundcloud, Pandora, Play Music et YouTube, iothinks tente, à la Sonos, d’être un hub entre les différents services musicaux pour que vous puissiez profiter du système sans être attaché à un service ou un autre.

iothinks-3
Une interface à la Spotify

Si on trouve des boutons sur le boîtier, c’est pour personnaliser des fonctionnalités directement sur le support physique. Vous pourrez ainsi attribuer le démarrage d’une playlist ou la lecture d’un album à un des boutons et l’engin se chargera du reste. Le contour du cercle est tactile et vous permettra de régler le volume en sortie. Le prototype que nous avons pu prendre en main était déjà bien fini, sobre et passe-partout au niveau du design et augurait du meilleur pour le produit final.

Mais le projet, né d’une passion pour le do it yourself qui à force de raffinement s’est transformé en objet commercial ne s’arrête pas là. Timothy nous confie qu’ils ont vu beaucoup plus grand avec iothinks au moment ils ont commencé à intégrer de plus en plus de services. En effet, pourquoi ne pas faire du boîtier et de l’application un hub musical qui pourrait interagir avec d’autres objets connectés dans la maison ? Une playlist smooth jazz pourrait par exemple déclencher un éclairage cosy et chaud sur des Philips Hue. Un bébé qui commence à pleurer, capté par le micro d’un smartphone judicieusement disposé près de lui pourrait lancer une berceuse dans sa chambre.

69bfba3ed6f527dd7edb4dbb58dd4be1_original
Premier prototype : un Arduino et beaucoup de patience

Pour ces interactions plus avancées, Timothy et Benjamin ont travaillé avec le célèbre IFTTT, devenu récemment IF : cette application permet de créer des recettes qui font interagir des services connectés ensemble. Par exemple, si vous recevez un mail, vous pouvez dire à IF d’allumer en rouge une lampe Hue sur votre bureau. Toutes les recettes que vous pourrez trouver sur IF pourront intégrer une partie d’iothinks d’un côté ou de l’autre de l’événement souhaité. Un bouton sur iothinks pourrait déverrouiller la porte de votre garage et iothinks pourrait donner des ordres à des lampes, des enceintes et des volets connectés en recevant un ordre via IFTTT.

Le deuxième pilier sur lequel repose iothinks, c’est son ouverture complète au niveau de l’API. Si vous aimez bidouiller vos objets connectés, vous pourrez créer à peu près toutes les applications que vous désirez sur iothinks. Cette démarche d’ouverture, qui a déjà bien réussi à Philips malgré quelques couacs, est probablement la meilleure chose à faire pour que les usages liés à l’objet se multiplient. Si les deux étudiants arrivent à fédérer une communauté de développeurs autour de leur produit, des applications fort intéressantes pourraient voir le jour.

Et la lumière connectée fut
Et la lumière connectée fut

Tout cela, c’est sans oublier la simplicité — et c’est peut-être ce qui nous a le plus bluffé quand nous avons testé le produit. L’expérience utilisateur a été extrêmement bien pensée et les étapes de configuration ont été réduites à leur strict minimum : vous connectez l’objet à votre réseau avec un câble Ethernet et c’est tout : il se chargera de trouver la musique que vous partagez sur votre réseau et vous donnera accès aux fonctionnalités via l’interface web, accessible depuis n’importe quel ordinateur ou smartphone connecté au même réseau.

Après avoir attiré la curiosité d’Intel à l’IFA et nous avoir surpris lors de la MaddyKeynote, Il ne reste qu’à iothinks la lourde tâche de convaincre un public suffisamment large à l’international pour lancer la production de leur concept. Une campagne a été lancée sur Kickstarter et les premières unités de l’engin coûtent entre 100 et 149 euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés