Pour une performance artistique, Thorsten Wiedemann a passé deux jours à se balader à travers les mondes virtuels avec un casque de réalité immersive. Et il est toujours en vie pour en parler.

Samsung Gear VR, PlayStation VR, HTC Vive, Oculus Rift… Ces dernières années, les casques de réalité virtuelle se sont additionnés et font aujourd’hui partie du paysage technologique, actuel ou à venir.

Pour l’instant, ces casques ne sont qu’entre les mains que de quelques pionniers, mais leur démocratisation est annoncée. Deux freins s’opposent à l’adoption de cette technologie, pourtant pleine de promesses : l’inconfort et le prix. Pour ce dernier, rien à faire, il faudra toujours casser son PEL pour acquérir un bon casque de réalité virtuelle. Mais les constructeurs semblent avoir fait assez de progrès pour réduire les problèmes de nausée, pour le plus grand plaisir de votre sofa.

C’est en tout cas ce qu’a pu suggérer Thorsten Wiedemann, le fondateur et directeur artistique du festival A MAZE, qui a récemment vécu dans la réalité virtuelle pendant 48 heures lors d’une performance artistique au Game Science Center à Berlin.

Capture d’écran 2016-01-27 à 12.27.55

un trip de 48h

Pour son expérience, Wiedemann a utilisé un casque HTC Vive. Il était assisté par Sara Lisa Vogl, la co-designeuse de l’expérience de réalité virtuelle Lucid Trips. Wiedemann devant rester dans le casque, cette dernière changeait les mondes virtuels au fur et à mesure de la performance. Et pour dormir me direz-vous ? Sara Lisa Vogl a construit au sein de Lucid Trips «  une cave confortable avec une vue sur les étoiles dans laquelle Wiedemann a pu se reposer, en paix ». Le repos fut cependant de courte durée, car cet explorateur d’un genre nouveau n’a dormi que deux heures et demie chaque matin.

Un aperçu d’un futur où les gens passeront peut-être la plupart de leur temps en VR

Wiedemann a confié à The Creators Project que l’expérience était surprenante. Pour rester dans le monde virtuel, il a consommé de la nourriture liquide, du chocolat, des bananes et des encas. Il a également pris des médicaments afin de ne pas avoir à interrompre la performance pour un quelconque besoin primaire.

rendez-vous en 2026

Pour Wiedemann et Vogl, le but de la performance n’était pas d’être endurant, mais d’obtenir un aperçu d’un futur où les gens passeront peut-être la plupart de leur temps en VR. Wiedemann, qui a eu l’impression de « faire un trip sous contrôle » a déclaré qu’il n’avait pas eu « de problèmes physiques, de vision, de migraines ou de nausée ». Il rajoute que pour lui, « le chemin du futur est prêt ».

Capture d’écran 2016-01-27 à 12.28.43

Cette expérience aura permis à Wiedemann et Vogl de cerner les besoins technologiques nécessaires aux longues expériences de réalité virtuelle pour être plus agréables. Pour eux, dans un futur proche — précisément en 2026 — « il sera normal d’aller dans une réalité virtuelle pour rencontrer ses amis du monde entier et d’embarquer dans des folles aventures tous ensemble ». C’est d’ailleurs l’idée de Facebook qui imagine déjà un monde virtuel à la Caprica pour ses casques Oculus. Wiedemann n’a pas dit s’il parlait slimish en sortant de la réalité virtuelle.

le chemin du futur est prêt

Si vous avez quelques heures à perdre, vous pouvez regarder Wiedemann et Vogl se balader en pyjamas roses sur l’enregistrement de la performance.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés