Une étude de W3Techs révèle que WordPress a franchi la barre des 25 % du web. Une étape clef pour ce système de gestion du contenu open source et gratuit.

C’est une étape fondamentale pour le CMS, open-source et gratuit, que nous utilisons aujourd’hui pour éditer Numerama : d’après une étude de W3Techs, 25 % du web tourne avec WordPress. Et puisqu’il faut le préciser d’emblée pour éviter toute confusion, il s’agit bien du web et non pas simplement des parts de marché des différents systèmes de gestion du contenu.

Plus précisément, la méthodologie employée par W3Techs scanne les 10 millions de sites les plus consultés du web afin d’enlever les pages de spam et compte comme un site un sous-domaine qui utiliserait WordPress. Si plusieurs sous-domaines utilisent le même CMS, ils sont comptabilisés comme un site, ce qui permet d’avoir une marge d’erreur relativement faible.

Le New Yorker, propulsé par WordPress
Le New Yorker, propulsé par WordPress

Ainsi, si 57,4 % des sites web tournent sans CMS en novembre 2015, 2,8 % sont sur Joomla, 2,1 % utilisent Drupal , 1,2 % utilisent Magento ou Blogger. On retrouve pour compléter le top, plusieurs solutions qui totalisent moins d’un pourcent du total : Adobe Dreamweaver, Prestashop, TYPO3 ou Bitrix. Les nostalgiques du web 1.0 qui avaient déjà leur site perso dans les années 2000 seront heureux d’apprendre que FrontPage anime 0,4 % du web en 2015.

Au-delà des chiffres, c’est un véritable succès pour WordPress qui a réussi à surmonter ses problèmes pour s’imposer comme une solution de référence sur le web. Même s’il reste des failles, que sa popularité en fait la cible numéro un des pirates, que les extensions ne sont pas toutes fonctionnelles ou propres à utiliser en l’état, le CMS a su regrouper autour de lui une communauté compétente et réactive et convaincre des médias comme le New Yorkerle Herald Sun, Time.com, ou des sites comme Canada.com, Dassault Aviation, Google Ventures ou Groupe Renault.

Cette vitrine donne confiance au CEO d’Automattic, Matt Mullenweg, qui a créé WordPress : « Il s’agit maintenant de convaincre les 57 % sites web restants qui ne tournent pas avec un CMS. Je pense que c’est avec eux que nous réussirons à grandir — et je ne parle pas que de WordPress, mais de tous les CMS open source »C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés