Toyota a réuni Michael J. Fox (Marty McFly) et Christopher Lloyd (Doc Brown) à l'écran pour la promotion de la Mirai, sa voiture à hydrogène. Et rendre hommage à Retour vers le Futur.

C’est un coup marketing finement joué par Toyota. Bien conscient que la célèbre saga cinématographique Retour vers le futur bénéficie d’une tendresse particulière de la part du public, le constructeur automobile a décidé de réunir à l’écran Michael J. Fox (Marty McFly) et Christopher Lloyd (Doc Brown) pour faire la promotion de la Mirai, qui est la première voiture produite en série à fonctionner à l’hydrogène.

Dans cette courte vidéo, qui n’est en réalité qu’un extrait d’une séquence plus longue dont la sortie est prévue le 21 octobre, l’on peut voir les deux stars de Retour vers le futur deviser amicalement autour d’un café sur les technologies de 2015 qui étaient imaginées en 1985 au moment du film et sur ce que la société nous propose à la place (sont par exemple cités les films 3D et l’identification par empreinte digitale).

La date choisie pour sortir le clip n’est pas due au hasard. Elle coïncide avec celle qui figure dans le film lorsque Doc et Marty voyagent vers l’avenir dans Retour vers le Futur 2. En outre, ce clip sort en 2015, soit trente ans après après Retour vers le Futur. Et pour en finir avec les références et les clins d’œil, Mirai signifie « le futur » en japonais.

HOVERBOARD ET BASKETS AUTO-LAÇANTES

Sorti en 1985, le film Retour vers le futur a marqué durablement l’imaginaire collectif. Tout particulièrement sa suite, Retour vers le futur 2 , qui est arrivée dans les salles obscures quatre ans plus tard. Souvenez-vous : tous les adolescents rêvaient (et rêvent toujours !) de pouvoir utiliser la fameuse planche de skate volante — l’hoverboard — ou de chausser la paire de baskets dont les lacets se font tout seuls.

Parmi ces ados, certains travaillent maintenant pour des sociétés comme Nike, Google ou Lexus. Dès lors, faut-il s’étonner de voir certaines de ces entreprises se pencher sur ces technologies ultra-futuristes pour essayer de leur donner corps ?

On se souvient en particulier de la démonstration du prototype d’hoverboard conçu par Lexus, malgré ses limites techniques : l’autonomie de l’appareil est en effet insuffisante et il ne peut fonctionner qu’au-dessus d’une piste aimantée. On est encore loin de la possibilité de glisser au-dessus de n’importe quelle surface, qu’il s’agisse d’une route, d’un jardin ou d’un plan d’eau. Mais on peut toujours rêver.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés