Après Rakka, excellent court-métrage de SF, Oats Studios et Neill Blomkamp ont dévoilé Firebase, deuxième film du projet Volume 1. Une plongée dans une surprenante guerre du vietnam où des aliens s'invitent au conflit. Âmes sensibles s'abstenir.

Le réalisateur sud-africain Neill Blomkamp a fait son grand retour sur Steam et Youtube le 15 juin dernier avec Rakka, premier court-métrage de son nouveau projet intitulé Volume 1, produit par sa société de production Oats Studios. Moins de deux semaines après ce premier chapitre, voici qu’un second court-métrage est déjà disponible : Firebase.

Contrairement au premier, qui plongeait le spectateur dans un futur proche où une race d’aliens hybrides avaient envahi la Terre, le second se déroule en 1970, dans un contexte souvent traité au cinéma : la guerre du Vietnam.

Mais, Blomkamp oblige, les soldats au cœur du conflit ne vont pas simplement affronter du vietcong. Ils vont découvrir une forme de vie extra-terrestre modelant la réalité et prenant possession de corps humains. Pas de Sigourney Weaver cette fois-ci, les têtes d’affiches s’appellent Steve Boyle, Nic Rhind, Robert Hobbs ou encore Carlo Yu dans le rôle du River God.

Neill Blomkamp joue toujours autant de sa liberté artistique retrouvée en livrant un métrage de 25 minutes noir, alternant les effets de style, la réalisation jouant des codes du documentaire et les tableaux toujours plus hallucinants pour le format et le budget. Mélangeant les influences de classiques comme Apocalypse Now ou Predator en y apportant son propre style gore et radical, Firebase développe un peu plus l’univers fascinant et inquiétant de Volume 1, tout en laissant la porte ouverte pour le troisième et dernier court-métrage.

Accessible sur Youtube, le film est également disponible sur Steam, avec la possibilité d’acheter le DLC, qui inclut le film en stéréo et en surround, mais aussi des concepts-arts, des making-of et plus de 23GB de modèles 3D.

L’idée de Blomkamp, avec ce modèle économique  — où seul le contenu additionnel est payant — est d’amener les fans à construire collectivement l’univers en parallèle, en proposant leurs idées voire leurs propres métrages, afin de créer une véritable communauté.

Même si vous ne souhaitez pas créer davantage autours de ces œuvres, vous pouvez simplement soutenir cette initiative de l’auteur de District 9. À l’heure où certains gros studios hollywoodiens ont décidé d’abandonner petit à petit toute velléité artistique, il semblerait que la créativité ait trouvé son chemin et il paraît important de la soutenir, en espérant déjà un futur Volume 2.

Partager sur les réseaux sociaux