La chaîne télévisée du groupe Vice fera son apparition sur les téléviseurs français le 23 novembre.

Viceland ne fournit pas encore de très bons résultats dans les contrées anglophones où elle est installée. Néanmoins, la volonté de Shane Smith d’avoir un canal télévisé mondial ne s’en retrouve pas affectée. Le magnat américain de la presse en ligne a en effet confirmé l’arrivée de Viceland en France, six mois après son lancement aux États-Unis. La chaîne sera disponible à travers les nouveaux bouquets Canalsat.

Viceland France sera la première édition non-anglophone de la chaîne télévisée à destination des jeunes. Pour l’occasion, la chaîne inaugurera trois émissions originales en français, produites par les studios parisiens de Vice. Les Français pourront ainsi découvrir Census un programme d’interview qui traitera des problèmes des jeunes français en milieu rural, Franceland dans lequel les membres de la rédaction devront  « sortir de leur bulle parisienne pour explorer la France rurale en camping car  » (sic) ou encore Marseille qui aura pour mission d’explorer la scène musicale de la ville portuaire.

La chaîne compterait donc en France une centaine d’employés pour diriger ces trois programmes originaux.

Le CEO de Vice explique qu’il est convaincu du succès français de Viceland  : selon lui, la France ressemble beaucoup aux États-Unis avec de fortes différences entre territoires urbains et ruraux, d’où son idée de créer l’émission Franceland. Le directeur ajoute : « Ce qui se passe en France avec l’élection présidentielle montre qu’il y a un besoin pour les millennials d’avoir une voix en laquelle ils ont confiance pour l’actualité culturelle.  » Il explique ainsi au THR : « Cette année, la génération Y est devenue la plus importante du monde, ils sont pourtant exclus des pouvoirs socio-économiques, du pouvoir électoral et des médias.  »

CC. Heisenberg Media
CC. Heisenberg Media

Toujours confiant en sa stratégie télévisée, Shane Smith conclut en expliquant que la victoire surprise de Donald Trump est une preuve supplémentaire de l’utilité du ton Vice : « [La victoire de Ronald Reagan] a débuté le mouvement américain du punk rock comme une réponse, et je pense qu’il y aura une puissante réponse dans la contre-culture et une résurgence punk du DIY, et nous puiserons dedans.  »

Malgré le volontarisme de Shane Smith, comme le rappel Les EchosViceland n’aurait jamais été possible en France sans l’investissement de Walt Disney… assurément moins punk que Vice.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés