Une note de la Direction de la protection des installations militaires explique en quoi le jeu Pokémon Go représente une menace pour les sites protégés du ministère de la Défense, et délivre des consignes pour interdire le jeu à proximité des zones concernées.

L’accès aux sites militaires est interdit — ou très restreint — au grand public. Et cela vaut également pour les Pokémon. Du moins c’est l’intention affichée par le ministère de la Défense dans une note dévoilée par Le Canard Enchaîné dans son numéro du 31 août (page 4).

Le document révélé date du 25 juillet et est en effet signé par le contre-amiral Frédéric Renaudeau, patron de la Direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID). On y apprend que plusieurs zones sensibles du ministère de la défense « abriteraient ces objets et créatures virtuelles. Les risques d’intrusion ou d’attroupement à proximité immédiate sont réels ».

Toute présence de créatures et d’objets virtuels à l’intérieur des enceintes devra être signalée

Le ton est grave et les risques de Pokémon Go sont fortement soulignés par le contre-amiral. Celui mentionne en effet plusieurs points qu’il juge très dangereux :

  • « sous couvert du jeu, il ne peut être exclu que des individus mal intentionnés cherchent à s’introduire subrepticement ou à recueillir des informations sur nos installations […] ;
  • les données de géolocalisation des joueurs, non protégées, pourraient donner lieu à exploitation ;
  • ce jeu peut générer des phénomènes addictifs préjudiciables à la sécurité individuelle et collective du personnel de la défense. »

pokemon-go-une

Pour contrer la menace, le contre-amiral a délivré des consignes strictes. Le Canard Enchaîné affirme ainsi que dans une annexe de la note, ce dernier interdit l’utilisation de l’application à l’intérieur et à proximité des sites militaires et demande à ce que les forces de sécurité intérieure soient alertées en cas d’attroupement sur la voie publique.

La conclusion de la note est sûrement l’élément le plus incongru. Il y est en effet précisé que « toute présence de créatures et d’objets virtuels à l’intérieur des enceintes » devra être signalée à la DPID. Grâce à cela, le document officiel estime que « cette cartographie permettra de consolider notre évaluation de la menace ».

Il est intéressant de voir à quel point le jeu Pokémon Go peut susciter les pires craintes des hautes sphères décisionnelles. Ici, on ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire en lisant les termes un tantinet exagérés pour parler des dangers de l’application. On peut également dénoncer quelques paradoxes. En effet, comment signaler la présence d’une créature sur les sites concernés si l’utilisation de Pokémon Go est formellement interdite ?

On peut tout de même nuancer en estimant que le ton un brin catastrophique de la note est de rigueur pour tout ce qui touche à la sécurité intérieure, surtout dans le contexte actuel. À noter que, récemment, la ministre Najat Vallaud-Belkacem, a demandé rendez-vous avec Niantic pour retirer tous les Pokémon rares dans les établissements scolaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés