Plusieurs cinéastes de renom, parmi lesquels Steven Spielberg, Martin Scorsese et Peter Jackson, ont manifesté de l'intérêt pour The Screening Room, un futur service de VOD proposant de diffuser des films à la maison dès leur sortie au cinéma.

Connu pour avoir cofondé Napster il y a une quinzaine d’années, l’entrepreneur américain Sean Parker est maintenant accaparé par un nouveau projet, baptisé The Screening Room, qui consiste à mettre sur pied un service premium de vidéo à la demande, dans lequel les films seraient disponibles en même temps en VOD et dans les salles de cinéma, sans tenir compte de la chronologie des médias.

The Screening Room s’adressera avant tout à un public fortuné. Pour y accéder, il faudra d’abord débourser 150 dollars pour acquérir le boîtier décodeur puis 50 dollars par film vu, dont la disponibilité durera 48 heures une fois le paiement effectué. Et afin de convaincre tout le monde — studios, distributeurs, exploitants de salles… –, la part qui reviendra à The Screening Room devrait être très réduite (on parle de 10 %).

Steven Spielberg et Peter Jackson
CC The Community

Visiblement le projet séduit, notamment chez les cinéastes de premier plan. D’après les informations de Variety, des réalisateurs comme Steven Spielberg, Marin Scorsese, Peter Jackson, J. J. Abrams, Ron Howard, Taylor Hackford, Frank Marshall et Brian Grazer sont en effet en faveur de The Screening Room. L’ancien vice-président de Sony Pictures, Jeff Blake, figure aussi au rang des soutiens.

Interrogé à ce sujet par le magazine, Peter Jackson estime « The Screening Room a été soigneusement conçu pour capter un public qui ne pas pas actuellement au cinéma ». Du coup, il ne peut pas y avoir de cannibalisation des recettes engrangées pendant la carrière d’un film en salles par un service de VOD, même si celui-ci s’aligne sur les salles de cinéma. En théorie, du moins.

The Screening Room élargira l’audience d’un film au lieu de la déplacer

« The Screening Room élargira l’audience d’un film — au lieu de la déplacer du cinéma au salon. Il ne nourrit pas la rivalité entre le studio et le propriétaire d’une salle de cinéma. Au contraire, il respecte chaque partie et est structuré de façon à soutenir à long terme la santé économique des gérants de salles et des distributeurs », a-t-il ajouté, confiant dans ce qu’une telle initiative apportera à l’industrie elle-même.

En outre, le cinéaste mondialement connu pour son travail d’adaptation au cinéma du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, estime que la stratégie anti-piratage — dont les grandes lignes ne sont pas encore connues — de The Screening Room est « robuste » et « c’est exactement pourquoi ce projet a mon soutien  ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés