Que propose Donald Trump à ses électeurs en matière de technologie, de numérique et d'innovation ? Nous faisons le point sur 5 sujets essentiels.

Le clivage politique entre Hillary Clinton et Donald Trump est bien connu et les élections ont donné vainqueur le candidat républicain. Mais les désaccords permanents entre les deux candidats au scrutin du 8 novembre sont-ils aussi nombreux en matière de technologie ? Voici les propositions de Trump pour sa présidence — mises en regard de celles formulées par Clinton pendant sa campagne.

Cybersécurité : accord de principe, méthodes divergentes

La campagne américaine est particulièrement concernée par cette thématique, pour avoir déjà été victime de piratages de certaines listes électorales pendant l’été. La menace d’un piratage du vote électronique le jour du scrutin est aussi sérieusement envisagée.

Hillary Clinton

Hillary Clinton en a fait une thématique prioritaire  de sa campagne : « La cybersécurité compte parmi l’un des plus importants défis qui sera relevé par le prochain président ». La candidate démocrate promet de poursuivre le plan d’action nationale sur la cybersécurité engagé par Barack Obama. Elle soutient aussi tout partenariat public-privé en matière de recherche dans le domaine et affirme qu’elle traitera, en cas de victoire, les cyber-attaques « comme n’importe quelle attaque » : « Nous serons prêts à réagir politiquement, économiquement et militairement. »

Donald Trump

Donald Trump, qui avait fait polémique pendant l’été en invitant des hackers russes à mettre la main sur les emails disparus d’Hillary Clinton, avant de faire machine arrière, défend quant à lui une politique particulièrement agressive pour plus de cybersécurité : « Le cyberespace américain continue de subir des attaques délibérées d’agents venus de Chine ou agissant pour ce pays, qui sont presque des actes de guerre. Notre pays devrait contre-attaquer et rendre publique chaque tentative chinoise de vol ou de perturbation de nos opérations, qu’elles soient privées ou gouvernementales. »

trump-clinton

Nasa : coup d’arrêt contre nouveaux investissements

Donald Trump

Donald Trump est le premier à vanter la riche histoire américaine en matière de recherche spatiale… et à appeler à éviter des dépenses qu’il juge non prioritaires : « À l’heure actuelle, nous avons des problèmes bien plus graves à résoudre. D’autant qu’on ne dispose pas vraiment de beaucoup d’argent. »

Hillary Clinton

Hillary Clinton aurait préféré pour sa part poursuivre l’exploration spatiale, qu’elle citait parmi les « bons investissements » potentiellement réalisés par les États-Unis. Elle se garde en revanche de chiffrer cette mesure.

Vie privée & lutte antiterroriste

Le bras de fer public engagé entre le FBI et Apple en février dernier, quelques mois après la tuerie de San Bernardino, a obligé les deux candidats à se positionner sur une question délicate : le respect de la vie privée des citoyens américains doit-il passer au second plan dans le cadre de la lutte antiterroriste ?

Hillary Clinton

Hillary Clinton avait appelé à un compromis plutôt que de trancher en faveur du FBI – qui souhaitait obtenir d’Apple le déblocage de l’iPhone d’un des terroristes – ou d’Apple – qui a fermement défendu les libertés de ses clients et le respect de leur vie privée. La candidate est favorable à la création d’une commission chargée de trancher sur l’équilibre entre le respect de la vie privée de chaque citoyen américain et les enjeux de sécurité nationale.

Donald Trump

Trump ne défend officiellement aucune proposition spécifique en la matière mais sa réaction, en plein affrontement FBI-Apple, en dit long sur sa préférence : « Pour qui se prennent-ils chez Apple ? Ils doivent débloquer [cet iPhone]. »

trump-clinton-1_5729095

Une opposition commune à la surveillance gouvernementale

En matière de surveillance gouvernementale, un sujet central depuis les révélations d’Edward Snowden sur les pratiques de la NSA, Donald Trump et Hillary Clinton se rejoignent sur la nécessaire vigilance contre tout abus potentiel.

Hillary Clinton

L’ancienne première dame fait preuve d’une certaine mesure : « Nous prenons enfin la mesure des lois adoptées après le 11-Septembre. Tout cela a été fait dans la précipitation parce que nous étions effrayés mais nous devons désormais prendre un peu de recul et trouver un juste équilibre entre liberté et sécurité. »

Donald Trump

Le futur président se montre plus catégorique : « Les États-Unis ne doivent pas espionner leurs propres citoyens. Cela n’aura jamais lieu sous une administration Trump. »

La généralisation de l’accès à Internet à haut débit

Hillary Clinton

Hillary Clinton l’avait promis : tous les foyers américains auraient droit à un accès abordable et suffisamment rapide à Internet d’ici 2020. Pour ce faire, elle comptait notamment investir dans différents programmes militant pour plus de connectivité en milieu rural.

Donald Trump

Donald Trump ne défend aucune position sur ce sujet, totalement absent de son programme. Il s’était en revanche fermement opposé à la fin de la supervision américaine de l’Icann (Internet Corporation for Assigner Names), l’organisme qui attribue les adresses internet dans le monde, concrétisée début octobre. Stephen Miller, l’un de ses conseillers de campagne, avait déclaré  : « Le Congrès doit agir ou la liberté d’Internet sera perdue pour de bon puisqu’il n’y aura plus moyen de la faire rayonner une fois abandonnée. » Hillary Clinton, elle, se disait favorable à cette transition positive pour le futur d’Internet. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés